»
»
»
»
Consultation
Cotation du 23/04/2019 à 17h35 Mersen -2,22% 30,850€
  • MRN - FR0000039620
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Mersen : le résultat net s'élève à 59,2 millions d'euros

Mersen : le résultat net s'élève à 59,2 millions d'euros
Mersen : le résultat net s'élève à 59,2 millions d'euros
Crédit photo © Mersen

(Boursier.com) — Mersen a réalisé pour l'année 2018 un chiffre d'affaires consolidé de 879 millions d'euros en forte croissance organique de près de 10%. En tenant compte d'un effet de change défavorable (-3%) et de l'intégration des sociétés Idealec et FTCAP (+2,1%), le chiffre d'affaires est en croissance totale de 8,6%.

L'EBITDA s'élève à 130,3 millions d'euros, une croissance de plus de 14% par rapport à 2017. Il représente désormais 14,8% du chiffre d'affaires. Le résultat opérationnel courant du Groupe atteint 91,6 millions d'euros en 2018, soit une marge opérationnelle courante de 10,4% en progression de 120 points de base par rapport à 2017.

Les ventes du pôle Advanced Materials s'élèvent à 487 millions d'euros, en croissance organique de plus de 12% sur la période. Tous les marchés contribuent à la croissance, en particulier le solaire et l'électronique notamment à base de carbure de silicium (SiC).

La marge opérationnelle courante du pôle Advanced Materials est à nouveau en forte croissance, de 300 points de base par rapport à 2017 (14,1% vs 11,1%). Cette amélioration résulte d'effets volume et prix très favorables, qui ont largement couvert les effets matières négatifs. De plus, les gains issus du plan de compétitivité ont plus que compensé l'inflation.

Les ventes du pôle Electrical Power atteignent 391 millions d'euros sur l'année, en croissance de près de 7% à périmètre et changes constants. Le pôle bénéficie d'une activité soutenue sur les marchés de transports verts, le ferroviaire et le véhicule électrique. Le pôle a également bénéficié des contributions des sociétés récemment acquises, Idealec et FTCAP.

La marge opérationnelle courante du pôle Electrical Power s'établit à 10% du chiffre d'affaires contre 11% en 2017. L'effet volume/mix est positif mais l'inflation des matières premières et des salaires n'a pas été compensée par des augmentations de prix. De plus, le Groupe a engagé des ressources additionnelles pour mener à bien les développements autour du stockage d'énergie et de l'électronique de puissance. Par ailleurs, les acquisitions (FTCAP, Idealec) ainsi que les taux de change ont un effet dilutif ponctuel.

RESULTAT NET

Les charges non courantes s'élèvent à (3,8) millions d'euros. Elles se composent de 1,6 million d'euros de charges liées aux acquisitions, en particulier FTCAP et Idealec et de 2,2 millions d'euros d'autres charges, principalement liées au plan de compétitivité et à des litiges.

La charge financière nette de Mersen s'établit à 10,3 millions d'euros en 2018. La dette moyenne sur l'année est de 203 millions d'euros contre 193 millions en 2017, une augmentation de 10 millions d'euros liée aux acquisitions réalisées par le Groupe et au plan d'investissements important.

La charge d'impôt nette s'établit à 18,3 millions d'euros, soit un taux effectif d'impôt de 24%, une nette baisse par rapport à l'année dernière (32%), le Groupe bénéficiant de la réforme fiscale américaine et d'utilisation de reports déficitaires dans certaines géographies. Hors ce dernier effet, le taux normatif serait de 26%.

En conséquence, le résultat net s'élève à 59,2 millions d'euros contre 40 millions d'euros en 2017, soit une croissance de 48%. Le résultat des minoritaires comprend essentiellement le résultat de Yantai (Chine) dont Mersen détient 60%. Le résultat net part du Groupe est de 56,5 millions d'euros.

Les activités opérationnelles ont généré au cours de l'année un flux de trésorerie de près de 92 millions d'euros, contre 64 millions d'euros l'année dernière. Il intègre 7 millions d'euros de flux de restructuration (plan de compétitivité) et de litiges et une consommation de besoin en fonds de roulement de plus de 21 millions d'euros liée à la croissance de l'activité. Le taux de BFR est de 21 % du chiffre d'affaires (20% fin 2017).

Les investissements industriels s'élèvent à 58 millions d'euros, dont 5 millions sont liés au plan de compétitivité. Ils sont localisés pour l'essentiel dans le pôle Advanced Materials, avec des investissements de capacité dans le graphite, les feutres souples de fibre de carbone et le carbure de silicium pour les marchés du solaire, de l'électronique et des miroirs laser notamment.

Le Groupe génère donc un free cash-flow avant intérêts financiers et acquisitions de 33 millions d'euros contre 27 millions en 2017, soit une croissance de 21%.
Les flux liés aux acquisitions (31 millions d'euros) correspondent aux acquisitions de l'année : FTCAP, Idealec, et LGI et au rachat des minoritaires de Cirprotec. Ils ne tiennent pas compte des compléments de prix prévus mais non payés (environ 7 millions d'euros) qui sont toutefois comptabilisés dans la dette nette.

STRUCTURE FINANCIERE

Le Groupe maintient une structure financière solide avec des ratios proches de ceux de l'année dernière :
le ratio d'endettement net sur Ebitda s'établit à 1,59 et le ratio d'endettement net sur fonds propres ("gearing") à 39%.

Le Conseil d'administration proposera à l'Assemblée Générale des actionnaires du 17 mai prochain la distribution en numéraire d'un dividende de 0,95 euro par action, en croissance de 27% par rapport à 2017 (0,75 euro). Il en résulterait un montant distribué d'environ 20 millions d'euros et un taux de distribution de 35% du résultat net part du Groupe.

PERSPECTIVES 2019

Le Groupe s'attend à des évolutions favorables à moyen terme sur ses marchés de croissance, en particulier :
- Le marché des énergies renouvelables devrait rester dynamique à moyen terme. Toutefois, sur le marché du solaire, Mersen devrait faire face en début d'année 2019 à une base de comparaison élevée.
- La croissance du marché de l'électronique devrait être tirée par les semi-conducteurs à base de carbure de silicium (SiC).
- Dans le marché du stockage d'énergie, Mersen poursuit ses développements sur les systèmes de protection des batteries. Une croissance significative serait potentiellement attendue au-delà de 2021-2022
- Le marché de la chimie devrait connaître une croissance modérée, tandis que les industries de procédés suivraient la tendance des grandes économies, à priori moins favorable qu'en 2018.
Ainsi, dans l'environnement macroéconomique actuel, le Groupe s'appuie sur ses bases solides pour poursuivre son développement sur ses marchés porteurs et vise une poursuite de sa croissance en 2019.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com