Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 18/09/2020 à 16h30 Maytronics (ex - MG International) -6,12% 4,600€
  • ALMGI - FR0010204453
  •   SRD
  • PEA
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Maytronics : le résultat net progresse de 30% à 4,1 ME au S1

Maytronics : le résultat net progresse de 30% à 4,1 ME au S1
Maytronics : le résultat net progresse de 30% à 4,1 ME au S1
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — MG International - Maytronics France "traverse efficacement la crise sanitaire et tire parti de la demande des consommateurs sur le marché des piscines privées".
Le chiffre d'affaires du premier semestre s'élève à 40,1 ME.
Le résultat d'exploitation atteint 4,6 ME.
Le résultat net progresse de 30% à 4,1 ME.

Maytronics France dépasse son objectif semestriel de croissance. Le marché porteur des équipements de la piscine et la demande soutenue des consommateurs ayant pu surpasser le blocage temporaire lié à la fermeture des points de vente piscines pendant le confinement.
La société a pu répondre à toutes les opportunités commerciales grâce à la mobilisation de ses équipes internes durant le confinement et à un fonctionnement optimal de sa supply-chain, avec le soutien à la fois des usines et centres logistiques du groupe et de toute la chaine de fournisseurs. La fiabilité des livraisons a renforcé la confiance des distributeurs.

Les difficultés temporaires sur le marché du sur-mesure (couvertures) et les difficultés plus structurelles des activités de détection de noyade (alarmes de piscines et Poséidon) ont été compensées par le dynamisme du marché des robots nettoyeurs de piscines qui enregistre une croissance de 25% par rapport au premier semestre 2019.

Le tassement de la marge brute est uniquement l'effet du mix de chiffre d'affaires entre les branches, les taux de rentabilité de chaque activité isolée ayant été atteints. En particulier, l'usine de couvertures poursuit sa courbe d'amélioration constante de productivité.

La société a mis en place un contrôle des coûts très rigoureux et les plans d'actions spécifiques enclenchés au début de la crise Covid ont permis de geler efficacement les niveaux de masse salariale et tous les postes de dépenses non engagés à la date du confinement.

En sortie de confinement, les indicateurs favorables sur la demande des ménages en produits piscines ont permis à la société de libérer les fonds pour financer des campagnes media digitales et de l'affichage afin de soutenir le réseau de distributeurs.

Le résultat financier est essentiellement constitué des charges d'intérêts (sur la dette senior détenue par Maytronics Ltd et sur les emprunts bancaires) et des écarts de change.
Le résultat net ressort à 4.090 KE, contre 3.143 KE au premier semestre 2019.

Le total Bilan de la société est passé de 45,4 ME à 44,6 ME entre le 30 juin 2019 et le 30 juin 2020.

Face à l'incertitude liée à la crise sanitaire, la société a sécurisé son financement par une réduction volontariste de ses stocks et le recours à un prêt garanti par l'Etat à hauteur de 3,9 ME. Pour autant au 30 juin 2020, la bonne tenue des ventes et les cash-flows supérieurs aux attentes ont permis de réduire significativement les dettes fournisseurs.

Compte tenu de cette nouvelle structure financière, le ratio Endettement net / Fonds propres ("gearing") s'élève à 32% au 30 juin 2020 contre 23% au 30 juin 2019.

Perspectives

L'effet très favorable de la surperformance des robots nettoyeurs de piscines ne se prolonge pas sur le second semestre pour lequel cette activité est structurellement en creux de saisonnalité.

En revanche, à court-terme la demande est soutenue pour les couvertures de piscine grâce aux efforts des piscinistes pour combler en fin d'année les retards pris sur les chantiers durant le confinement.

L'activité Poséidon, la plus contributrice du second semestre, souffre des incertitudes internationales sur les politiques sanitaires au sein des piscines publiques.

Ainsi, le taux de croissance annuel est attendu autour de 13%, identique à la croissance réalisée en 2019.

Néanmoins, à moyen-terme la société doit être attentive aux tassements éventuels de la demande, selon les conséquences macroéconomiques de la crise sanitaire sur le second semestre.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !