Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 03/07/2020 à 17h36 Maurel & Prom -0,46% 1,750€

Maurel & Prom : résultats et plan d'action

Maurel & Prom : résultats et plan d'action
Maurel & Prom : résultats et plan d'action
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le chiffre d'affaires de Maurel & Prom a progressé de 14% à 504 M$ grâce à une augmentation de la production (27.340 bep/j en 2019, +19% par rapport à 2018), notamment au Gabon, et ce malgré un environnement de prix du pétrole légèrement en baisse (prix de vente moyen de l'huile de 67,2 $/b en 2019, contre 68,8 $/b en 2018). Les dépenses d'exploitation ont augmenté en conséquence de l'intégration de l'acquisition réalisée en Angola. Les redevances et autres taxes liées à l'activité sont également en hausse, en raison de l'accroissement marqué de la production au Gabon. L'excédent brut d'exploitation s'établit à 286 M$, soit une hausse de 17%.

La dotation aux amortissements et dépréciation a fortement augmenté (+53%) pour atteindre 163 M$ en raison de la production accrue d'Ezanga (dépréciation selon la méthode de l'unité de production). Les charges d'exploration ont atteint 48 M$, dont 31 M$ pour le puits Kama-1 au Gabon.
Le résultat d'exploitation s'établit à 70 M$, en diminution par rapport à 2018 (126 M$), en raison de l'activité d'exploration et des dotations plus importantes aux amortissements et provisions.
Les charges financières nettes figurant dans le compte de résultat s'élèvent à 31 M$ pour 2019. La quote-part du chiffre d'affaire de M&P provenant des sociétés mises en équivalence a atteint 59 M$ par rapport à 31 M$ en 2018. Cette forte augmentation résulte de la progression du résultat net de Seplat (recouvrement de revenus contractuels passés et vente l'usine de traitement de gaz d'Oben).

Après prise en compte de l'ensemble de ces facteurs, le résultat net pour l'exercice 2019 s'élève à 35 M$.
Les flux de trésorerie générés par les opérations avant variation du fonds de roulement ont augmenté de 35% pour atteindre 263 M$ (contre 195 M$ en 2018). Après prise en compte de l'effet conséquent de la variation du fonds de roulement (impact négatif de 102 M$, dont 52 M$ provenant de la variation de position de sur-enlèvement/sous-enlèvement), les flux générés par les opérations ont atteint 162 M$.

Les investissements de développement sont restés inchangés par rapport à l'année précédente, s'établissant à 104 M$. Les investissements d'exploration ont atteint 43 M$, en majorité pour le forage du puits Kama-1 au Gabon. Les 35 M$ de dépenses d'acquisition d'actifs reflètent le montant net payé à AJOCO en juillet 2019 à la finalisation de l'acquisition en Angola.
Il convient de signaler que le paiement différé de 20 M$ dû à Shell en décembre 2020 au titre de l'acquisition réalisée au Venezuela a été repoussé en accord avec Shell, et sera versé intégralement d'ici avril 2020.
M&P a reçu de sa participation de 20,46% dans Seplat le même montant de dividendes qu'en 2018, à savoir 12 M$.
Pour la première fois depuis 2012, un dividende de 9 M$ (0,04 euro par action) a été distribué aux actionnaires de M&P en juin 2019.
Au 31 décembre 2019, M&P affiche une position de trésorerie de 231 M$. La dette brute au 31 décembre 2018 s'élevait à 700 M$ (valeur nominale), soit une dette nette de 469 M$.

En mars 2020, M&P a annoncé la signature de deux avenants au remboursement de ses deux facilités d'emprunt, à savoir l'emprunt à terme de 600 M$ auprès d'un syndicat de banques (le "Prêt à Terme") et l'emprunt de 200 M$ (dont 100 M$ tirés et 100 M$ non tirés) auprès de l'actionnaire majoritaire de M&P, PT Pertamina International Eksplorasi Dan Produksi.

Selon les dispositions des Avenants, les échéances des deux prêts ont été réduites en 2020 et 2021, permettant à M&P de maintenir une liquidité suffisante et de mieux adapter les remboursements de dette à la génération de cash-flow et au profil d'investissements. L'avenant au Prêt d'Actionnaire témoigne également du soutien continu qu'apporte PIEP à M&P, dans la mesure où une partie importante de son remboursement a maintenant été reportée à 2024, au-delà de l'échéance finale du Prêt à Terme.

Impact de l'épidémie de COVID-19 sur les activités de M&P

M&P prend toutes les mesures nécessaires pour assurer la continuité de ses activités, en se conformant pleinement aux recommandations des autorités sanitaires compétentes. Le télétravail est privilégié autant que possible, et des mesures strictes de protection ont été proactivement mises en place dans les bureaux quand le télétravail n'est pas possible. Ces initiatives comprennent des contrôles à l'entrée, des mesures de distanciation sociale, et des pratiques renforcées d'hygiène et de désinfection.

Sur les sites d'exploitation, des mesures allant au-delà des recommandations ont été mises en oeuvre pour garantir la continuité des opérations. Pour le moment et à court terme, M&P ne prévoit pas de perturbations majeures de ses activités en raison du COVID-19. Si la situation venait à évoluer, M&P en informerait le marché en temps utile.

Informations récentes sur les marchés pétroliers

Ces deux derniers mois, les marchés pétroliers ont été fortement perturbés tant au niveau de l'offre que de la demande. La demande mondiale de pétrole a fortement chuté en raison du ralentissement de l'activité économique occasionné par l'épidémie de COVID-19, et en particulier de son impact sur l'économie chinoise.
Cette contraction s'est vue grandement amplifiée par la décision récente de l'Arabie Saoudite d'augmenter considérablement sa production pétrolière, ainsi que par la fin de l'alliance informelle entre l'OPEP et la Russie qui avait maintenu les prix relativement stables au cours de ces deux dernières années.
De ce fait, les prix du pétrole ont lourdement chuté, le Brent reculant sous les 25 $/b en mars 2020, par rapport à 60 $/b en moyenne en janvier et février.

Réduction des coûts et discipline financière

Immédiatement après la chute des cours pétroliers début mars, M&P a lancé une revue complète des opportunités de réduction des coûts. Suite à l'identification d'un certain nombre de points à améliorer, un plan d'action a été préparé et mis en oeuvre avant la fin du mois.

Ce plan vise les réductions de coûts suivantes :

* Sur les actifs opérés, une réduction des dépenses de d'exploitation de plus de 20% et des dépenses d'administration de plus de 15% (soit 25 à 30 M$ d'économie en année pleine)
* Optimisation de la logistique, réorganisation des interventions sur puits, optimisation des consommables et produits chimiques, réduction des effectifs contractés.
* Plus de 60% de réduction sur les investissements de développement prévus au budget 2020 (réduits en de 130 M$ à 50 M$).

Suspension des forages de développement sur le permis d'Ezanga en mars 2020

D'autres initiatives sont en cours d'examen, et il est ainsi attendu que des mesures supplémentaires seront mises en oeuvre.
Il est à noter qu'en tant qu'opérateur de l'actif et propriétaire de sa société de forage interne, M&P conserve toute la souplesse nécessaire pour relancer le forage de développement sur le permis d'Ezanga dès que la situation s'améliorera.

Enfin, dans le cadre de ces mesures de préservation de la trésorerie, le Conseil d'Administration de M&P a décidé de ne pas proposer de dividende pour l'exercice 2019.

- Projections opérationnelles et financières pour 2020
En 2020, le Groupe vise une production en part M&P de 28.000 bep/j, dont :
- 18.400 b/j au Gabon (équivalents à 23.000 b/j de production brute à Ezanga)
- 34 Mpc/j en Tanzanie (équivalents à 70 Mpc/j de production brute à Mnazi Bay)
- 4.000 b/j en Angola (équivalent à 20.000 b/j de production brute au bloc 3/05)

Ces prévisions de production tiennent compte des révisions annoncées des programmes de travail et des investissements de développement, notamment la suspension du forage de développement sur Ezanga à partir de mars 2020.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !