»
»
»
»
Consultation
Cotation du 19/03/2019 à 17h35 Eramet +0,20% 51,050€
  • ERA - FR0000131757
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Marchés : les valeurs 'matières premières' sous haute tension

Marchés : les valeurs 'matières premières' sous haute tension
Marchés : les valeurs 'matières premières' sous haute tension

(Boursier.com) — Le net repli des métaux et autres matières provoque de lourds dégagements sur les valeurs liées de près ou de loin aux 'commodities'. Sur Euronext, Eramet (-5,2% à 76,9 euros), ArcelorMittal (-3,4% à 25,3 euros), Aperam (-2,9% à 39 euros), TechnipFMC (-2% à 25 euros) ou encore CGG (-4,4% à 2,3 euros) en font les frais.

Le cuivre pourrait entrer dans un marché baissier

Le regain de vigueur du billet vert depuis quelques jours, dans le sillage de l'éclatement de la crise turque, pèse fortement sur toutes les matières premières libellées en dollar à l'image du cuivre qui abandonne 2,7% sous les 6.000$ la tonne, et se rapproche dangereusement d'un marché baissier. Le métal rouge est également pénalisé par les risques de grève pesant sur la plus grande mine de cuivre du monde au Chili. Les salariés réclament depuis de longs mois des hausses de salaire de la part de l'opérateur de la mine, BHP Billiton.

L'or n'échappe pas à la chute

Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine avaient déjà pénalisé le cours des métaux au cours des dernières semaines. Même l'or, traditionnellement considéré comme une valeur refuge, n'est pas épargné, avec une once qui se négocie sous les 1.200$, au plus bas depuis mars 2017.

"Il va être difficile de secouer ce sentiment baissier", explique à Bloomberg Nicholas Snowdon, analyste des métaux chez Deutsche Bank AG. "Lorsque vous regardez les ventes globales à travers les métaux, les principaux moteurs sont clairement des facteurs macro".

Craintes de contagions de la crise turque

Les derniers indicateurs de conjoncture en Chine sont également venus accroître la pression sur le secteur, les investisseurs craignant un ralentissement de l'activité du plus gros consommateur de métaux au monde. Un sentiment baissier exacerbé par les craintes de contagion de la crise turque à d'autres pays émergents. L'annonce, par la banque centrale indonésienne, d'une hausse surprise de ses taux ce matin alors que le pays asiatique tente de freiner la chute de sa devise, en est un bel exemple.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com