Cotation du 30/11/2021 à 17h37 Kering (ex-PPR) -0,35% 681,40€

Luxe : retour des inquiétudes liées à la Chine

Luxe : retour des inquiétudes liées à la Chine
Luxe : retour des inquiétudes liées à la Chine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le luxe pèse sur la tendance en ce début de semaine, les trois grands acteurs français pointant aux trois dernières places du CAC40. Un reflux à relier encore une fois à la situation en Chine où les dernières données ont confirmé le ralentissement de l'économie locale. Le PIB a progressé de 4,9% en rythme annuel sur la période juillet-septembre, au plus bas depuis le troisième trimestre de l'an dernier, et la production industrielle a augmenté en septembre de 3,1% sur un an, sa plus faible hausse depuis mars 2020.

Des observateurs évoquent également un article du 'Qiushi', un journal du Parti communiste chinois, qui a publié vendredi un discours du président Jinping Xi dans lequel il expose sa vision pour atteindre la "prospérité commune" d'ici 2050. Le plan du dirigeant prévoirait notamment la mise en place d'une taxe foncière afin de freiner la spéculation sur le marché du logement.

L'impôt foncier, évoqué depuis de très longues années en Chine, serait vu comme essentiel à l'ambition de "prospérité commune" de Xi, qui souhaite réduire l'écart de richesse, les risques financiers et le coût de la vie. Toutefois, son introduction pourrait nuire davantage à l'industrie immobilière, en perte de vitesse, qui représente un quart de l'économie locale. Dans son discours, Xi a aussi indiqué que la prospérité commune était essentielle à la stabilité sociale, affirmant que les inégalités de revenus dans certains pays entraînaient "une polarisation politique et un populisme rampant".

L'écart entre les revenus et la consommation de la population devrait être ramené à une "fourchette raisonnable" d'ici le milieu du siècle, a ainsi déclaré le dirigeant, tout en notant que le gouvernement ne devait pas faire de promesses qu'il ne pourrait pas tenir et qu'il devait éviter le "piège" du "welfarisme" et de l'aide aux paresseux : "le gouvernement ne peut pas s'occuper de tout".

LVMH, Hermès et Kering perdent entre 2,75 et 3% après 30 minutes d'échanges à Paris.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !