Accueil
»
Bourse
»
Action Europe
»
Actualités
»
Consultation
Lufthansa
  • DE0008232125
  • + Ajouter à : Mes Listes

Lufthansa : semaine décisive

Lufthansa : semaine décisive
Lufthansa : semaine décisive
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — On pensait la Lufthansa tirée d'affaire. Après des semaines de négociations, la compagnie allemande avait fini par trouver un terrain d'entente avec le gouvernement allemand sur un plan de sauvetage de 9 milliards d'euros. Il n'en est rien. Alors que les actionnaires doivent approuver ce plan d'aide lors d'une assemblée générale prévue ce jeudi 25 juin, le premier d'entre eux menace de faire capoter l'accord.

Le milliardaire Heinz-Hermann Thiele, qui détient 15,5% du transporteur, doit en effet s'entretenir dans la journée avec Carsten Spohr, PDG de la Lufthansa, ainsi qu'avec deux ministres du gouvernement Merkel pour évoquer la situation. La troisième fortune d'Allemagne a exprimé son mécontentement face à ce plan de sauvetage, affirmant que l'État en sortira gagnant, alors que lui verra sa participation être diluée et son influence limitée. Selon l'accord entre la compagnie et Berlin, le gouvernement disposera d'une participation directe de 20% au capital de la Lufthansa, ainsi que deux sièges au conseil de surveillance.

Il est peu probable que Berlin cède du terrain avant le vote crucial de jeudi, alors que le gouvernement a jugé tout autre scénario inacceptable ou impossible à réaliser à temps pour répondre aux besoins de liquidités de la Lufthansa. Korbinian Wagner, un porte-parole du ministère allemand de l'économie, a d'ailleurs déclaré dimanche que le gouvernement avait "présenté une offre bonne et équilibrée à laquelle le conseil de surveillance a donné son accord".

Comme tous ses concurrents, le groupe n'est pas épargné par la crise sans précédent qui secoue le secteur aérien. L'entreprise, qui table sur une baisse significative de son Ebit ajusté sur l'ensemble de l'exercice, anticipe une très lente reprise de la demande. Elle prévoit d'avoir 300 avions cloués au sol en 2021, et 200 en 2022. Même après la fin de la crise, qui devrait se terminer en 2023, le groupe s'attend à ce que sa flotte reste réduite de 100 appareils. Dans ces conditions, il négocie avec les syndicats un accord qui lui permettrait de supprimer près de 25.000 emplois.

©2020,