Accueil
»
Bourse
»
Action Europe
»
Actualités
»
Consultation
Lufthansa
  • DE0008232125
  • + Ajouter à : Mes Listes

Lufthansa : pourrait supprimer plus d'emplois que prévu

Lufthansa : pourrait supprimer plus d'emplois que prévu
Lufthansa : pourrait supprimer plus d'emplois que prévu
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Lufthansa pourrait réduire davantage sa flotte que prévu jusqu'ici. Un nouveau signal alarmant pour le secteur aérien. Selon les indiscrétions obtenues par 'Bloomberg', la compagnie nationale allemande envisagerait ainsi de mettre hors service tous ses A380, A340 et Boeing 747-400 ainsi que plusieurs appareils à fuselage étroit qui alimentent les liaisons long-courrier. Au total, la réduction de la flotte dépasserait ainsi la baisse de 100 avions jusqu'à présent révélée par Lufthansa, déduction faite des nouvelles livraisons.

Ce changement de taille pourrait se traduire par des suppressions de postes additionnels alors que la Lufthansa table pour le moment sur l'élimination de 22.000 postes à temps plein pour s'adapter au nouvel environnement. Le groupe allemand a jusqu'à présent déclaré qu'il vise à mettre en réserve environ 300 avions l'année prochaine, 200 en 2022, tandis que sa flotte de 760 appareils devra être réduite d'une centaine d'appareils à partir de 2023.

"Le paradigme actuel, comme l'illustre également Air France KLM ou IAG, semble être de se débarrasser immédiatement des avions dont on ne veut pas", affirme Stephen Furlong, analyste chez Davy. "Quelque soit la nouvelle réduction de la flotte, Lufthansa doit également repenser son modèle d'entreprise en s'éloignant des voyages d'affaires, des voyages de correspondance et des gros avions". Alors qu'aucune décision finale n'a été prise, la Lufthansa pourrait décider de garder une poignée de ses plus jeunes A340-600, ce qui lui permettrait de conserver certaines capacités pour ses lignes les plus fréquentées.

Harry Hohmeister, membre du conseil d'administration de la Lufthansa, a déclaré il y a deux semaines que la demande n'avait pas repris comme espéré et que des suppressions d'emplois à grande échelle seraient "inévitables", bien que la compagnie ait démenti les rapports selon lesquels elle pourrait supprimer jusqu'à 40.000 postes.

Comme ses concurrents, le transporteur a essuyé de lourdes pertes au deuxième trimestre. Sur la période, il a accusé une perte opérationnelle ajustée de 1,7 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires en chute libre de 80% à 1,9 milliard d'euros. Il a également obtenu une aide d'Etat de 9 MdsE pour l'aider à traverser la plus grave crise de son histoire.

©2020,