Accueil
»
Bourse
»
Action Europe
»
Actualités
»
Consultation
Lufthansa
  • DE0008232125
  • + Ajouter à : Mes Listes

Lufthansa : les liquidités fondent, les aides publiques deviennent urgentes

Lufthansa : les liquidités fondent, les aides publiques deviennent urgentes
Lufthansa : les liquidités fondent, les aides publiques deviennent urgentes
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le temps presse chez Lufthansa. La compagnie allemande a averti sur le fait qu'elle risquait de se trouver à court de liquidités si elle n'obtient pas rapidement une aide d'Etat. Le groupe, qui cherche à obtenir des aides publiques en Allemagne, en Suisse, en Belgique et en Autriche, espère finaliser la semaine prochaine avec les pouvoirs publics un plan de sauvetage qui pourrait atteindre les 10 milliards d'euros, selon les sources de l'agence Reuters.

Le transporteur allemand a indiqué, à titre préliminaire, que ses revenus avaient diminué de 18% au premier trimestre à 6,4 milliards d'euros. Sur le seul mois de mars, les recettes ont fondu de 47% alors que la majorité de la flotte de la compagnie est clouée au sol. L'Ebit est pour le moment anticipé à environ -1,2 MdE contre -336 ME un an plus tôt. Le groupe s'attend à ce que les dépréciations d'actifs liées à la crise et l'évolution négative de la valeur de ses couvertures de carburant aient un impact sur ses comptes encore plus important au deuxième trimestre.

La compagnie a dépensé 6,7 milliards d'euros en carburant l'année dernière, tout en utilisant des instruments financiers liés au prix du brut pour stabiliser son exposition. Avant la crise du coronavirus, Lufthansa avait misé sur un prix moyen du Brent de 63 dollars en 2020. En janvier, la compagnie a déclaré qu'une baisse du baril à 45 dollars entraînerait des pertes de couverture de 800 M$ cette année. Le Brent se négocie aujourd'hui autour des 20$...

À l'heure actuelle, le management souligne qu'il n'est pas possible de prévoir quand ses compagnies aériennes pourront reprendre leurs activités au-delà du programme actuel de vols de rapatriement. Il s'attend donc à une perte d'exploitation considérablement plus élevée au deuxième trimestre par rapport au premier trimestre. Les liquidités disponibles s'élèvent actuellement à environ 4,4 milliards d'euros mais elles fondent à vue d'oeil. Et la direction ne s'attend pas à pouvoir couvrir ses besoins en capitaux par de nouveaux emprunts sur le marché bien qu'elle possède des avions d'une valeur de 10 MdsE qu'elle pourrait utiliser comme garantie en temps normal... L'urgence est bien réelle.

©2020,