»
»
»
»
Consultation
Cotation du 27/06/2017 Euro Disney 0,00% 2,000€
  • EDL - FR0010540740
  •   SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Les ventes d'Euro Disney tiennent bon, pas ses résultats

Les ventes d'Euro Disney tiennent bon, pas ses résultats
Les ventes d'Euro Disney tiennent bon, pas ses résultats
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Euro Disney a dégagé un chiffre d'affaires plutôt solide à l'issue du premier semestre, au regard des attentats qui ont frappé Paris en novembre. Cependant, la société a profité d'un calendrier favorable, avec des vacances de Pâques précoce, et subit de très lourdes pertes, liées notamment à l'inflation sur les charges d'exploitation. La trésorerie a nettement reculé à cause de la forte consommation de liquidités.

Des revenus en hausse

Le groupe est parvenu à dégager un chiffre d'affaires de 604,4 millions d'euros, au cours du premier semestre de l'exercice en cours, soit la période allant d'octobre à mars. Cela matérialise une croissance de 2,1% en glissement annuel. Les activités touristiques sont en progression de 1,6%, en dépit d'une légère contraction des revenus issus des parcs à thème. L'EBITDA de la période est lourdement déficitaire de -56,8 ME alors qu'il était en territoire positif de 4 ME un an avant (mais grâce à des exceptionnels). La perte d'exploitation se creuse en passant de -93,4 à -159,6 ME. Au final, la perte nette de la première moitié de l'exercice ressort à -183,8 ME, contre -118,8 ME un an plus tôt. Le cash-flow libre de l'entreprise est fortement négatif, à -144 ME, après -66,6 ME au premier semestre du précédent exercice. En fin de période, la trésorerie et ses équivalents s'établissaient à 101,9 ME, contre 248,6 ME en début d'exercice.

Ne pas oublier la saisonnalité

Le premier semestre n'est pas nécessairement représentatif de l'exercice entier, car la saisonnalité des activités d'Euro Disney donne un poids plus important à la période printemps / été. En outre, le premier semestre 2015/2016 a été marqué par des vacances de Pâques précoces, qui ont contribué à la période et non au second semestre. Le groupe a accueilli à mi-exercice 6,4 millions de visiteurs, contre 6,7 millions un an avant, pour une dépense moyenne par visiteur en hausse de 4,3% à 52,60 euros. Le taux d'occupation des hôtels a progressé d'un point à 78,1% et la dépense moyenne par chambre de 2,1% à 213,55 euros.

Dans le contexte difficile des évènements survenus à Paris en novembre dernier, nous avons enregistré une augmentation significative de la perte nette au titre du premier semestre, commente le président Tom Wolber. Le dirigeant précise que la hausse des charges d'exploitation (+54 ME) est la conséquence de la politique d'investissement, de la hausse prévue des salaires et des coûts de sécurité additionnels, des éléments qu'il estime indispensables pour l'avenir du parc.

©2016-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com