»
»
»
»
Consultation
Cotation du 18/07/2019 à 22h15 General Motors -0,10% 39,120$
  • GM - US37045V1008
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Les taxes Trump sur le Mexique menacent l'industrie automobile

Les taxes Trump sur le Mexique menacent l'industrie automobile
Les taxes Trump sur le Mexique menacent l'industrie automobile
Crédit photo © IAA impressions

(Boursier.com) — L'annonce surprise par Donald Trump, jeudi soir, de taxes de 5% sur les marchandises importées du Mexique a fait plonger vendredi les cours de Bourse des constructeurs automobiles dans le monde. Avec 2,7 millions de véhicules importés du Mexique en 2018, ce secteur est en première ligne face à ces taxes qui menacent de déstabiliser une industrie déjà fragilisée par la hausse des coûts et par les mutations technologiques.

A Wall Street, General Motors a perdu vendredi 4,2%, tandis que Ford Motor a lâché 2,2% et Fiat Chrysler Automobile a plongé de 5,8%. Plus tôt, à la Bourse Paris, Faurecia, Renault, Plastic Omnium et Valeo ont concédé vendredi entre 2% et 4%. A la Bourse de Francfort, Volkswagen a chuté de 2,6%, Daimler de 1,8% et BMW de 1,6%, tandis qu'à Tokyo, Toyota Motor a perdu 2,85%, Nissan a chuté de 5,3% et Mazda a plongé de 7,1% en réaction aux annonces du président américain. A Séoul, Hyundai Motor a lâché 0,7%.

Une taxe pour lutter contre l'immigration clandestine...

De nombreux constructeurs automobiles mondiaux ont implanté une partie leur production au Mexique pour profiter des coûts modérés, en vue d'importer leurs véhicules aux Etats-Unis... Cette organisation a été grandement facilitée par l'accord de libre-échange Nafta de 1992, liant le Mexique, les Etats-Unis et le Canada jusqu'à l'élection de Donald Trump, qui a dénoncé ce traité début 2017 et a forcé ses partenaires à en renégocier les termes. Le nouveau accord, baptisé USMCA, prévoit lui aussi des exemptions de taxes pour le secteur automobile, mais il n'a pas encore été ratifié par les Congrès des trois pays.

Le président américain fustige régulièrement les constructeurs automobiles présents au Mexique, et les incite à rapatrier leur production aux Etats-Unis et à y recréer des emplois. Ses efforts n'ont pas eu jusqu'à présent de résultats concrets notables sur les décisions d'investissement des constructeurs.

Donald Trump a donc asséné un coup aux marchés financiers en annonçant jeudi soir la mise en place de droits de douane de 5% sur l'ensemble des marchandises importées du Mexique, et ce dès le 10 juin prochain. Le président américain a lié cette décision au laxisme dont il accuse Mexico sur le dossier de l'immigration clandestine.

Des droits de douane pouvant monter à 25% d'ici à octobre

Le président américain a précisé que ces droits de douane allaient "progressivement augmenter tant que le problème de l'immigration clandestine n'est pas résolu". Ils pourraient ainsi passer à 10% au 1er juillet et grimper de 5 points de pourcentage chaque mois jusqu'à la limite de 25% en octobre si le Mexique "n'arrête pas le flux d'étrangers illégaux passant par son territoire", a précisé le président américain dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

Une taxe supplémentaire de 5% (voire davantage en cas d'escalade) sur les voitures et les pièces détachées produites au Mexique se traduira par une hausse des coûts de production et menace de renchérir les prix des automobiles vendues aux Etats-Unis.

Risque de perturbation des chaînes d'approvisionnement

Environ 2,7 millions de voitures et camions ont été importés en 2018 du Mexique, d'une valeur de 52 milliards de dollars, selon le département américain du Commerce. Par comparaison, le nombre de véhicules importés du Japon étaient d'environ 1,8 million.

Outre les produits finis, tous les constructeurs présents aux Etats-Unis dépendent aussi d'usines mexicaines pour leurs pièces détachées. Il serait difficile pour eux de trouver d'autres fournisseurs, et cela risquerait en outre de perturber les chaînes de production, dont le fonctionnement dépend de la ponctualité et de la synchronisation de l'approvisionnement. Le défi est de taille lorsqu'on sait qu'un véhicule est composé d'environ 30.000 pièces distinctes...

Les constructeurs automobiles américains font déjà face à des surcoûts liés aux taxes d'importation de 25% imposées depuis un an sur l'acier et l'aluminium. General Motors et Ford Motor ont tous deux fait savoir que ces taxes avaient renchéri leurs coûts de plus d'un milliard de dollars.

Une hausse de prix de 1.300$ par voiture vendue aux Etats-Unis ?

En outre, ces difficultés interviennent à un moment où le marché automobile américain est en décroissance après avoir atteint des records de ventes en 2018 (17,3 millions de véhicules vendus) ... Les constructeurs automobiles sont aussi engagés dans une phase de mutation historique vers la prochaine génération de véhicules moins polluants, qui exige de lourds investissements.

Dans une note à ses clients, Emmanuel Rosner, analyste automobile de Deutsche Bankn a estimé vendredi que les taxes sur les véhicules seraient sans aucun doute reportées sur les consommateurs (via des hausses de prix). L'analyste a calculé que si les taxes d'importation atteignaient 25%, le prix d'un véhicule vendu aux Etats-Unis augmenterait de 1.300$ en moyenne.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com