»
»
»
»
Consultation
Cotation du 17/08/2018 à 17h37 Air France KLM -3,09% 8,770€

Les salariés d'Air France ont jusqu'au 4 mai pour se prononcer sur l'accord salarial

Les salariés d'Air France ont jusqu'au 4 mai pour se prononcer sur l'accord salarial
Les salariés d'Air France ont jusqu'au 4 mai pour se prononcer sur l'accord salarial
Crédit photo © Air France

(Boursier.com) — Les salariés d'Air France ont jusqu'au 4 mai 18 heures pour se prononcer sur l'accord salarial proposé le 16 avril par la direction et refusé par les instances représentatives. Après 11 journées de grèves qui auront coûté près de 300 millions d'euros à la compagnie, Jean-Marc Janaillac, Président d'Air France a décidé de consulter tous les salariés du transporteur en posant la question suivante: "Pour permettre une issue positive au conflit en cours, êtes-vous favorable à l'accord salarial proposé le 16 avril 2018?".

Les résultats connus dès le 4 mai

Les salariés qui s'exprimeront par un vote électronique à partir du 26 avril devront donc dire s'ils sont favorables à "des augmentations générales de salaire de 7% sur 4 ans, s'ajoutant aux augmentations individuelles". La direction a proposé 2% d'augmentation de salaire en 2018 puis une hausse de 5% sur les trois années suivantes. L'intersyndicale, qui s'est opposée à cet accord, réclamait dans un premier temps une hausse générale des salaires de 6% pour la seule année 2018 avant de revoir ses prétentions à 5,1%. Les résultats du scrutin seront dévoilés dès le 4 mai.

Le PDG met sa démission dans la balance

Si l'issue du vote semble faire peu de doutes compte tenu du faible taux de grévistes (27,8% des pilotes, 19,2% des personnels navigants commerciaux et 4,4% des personnels au sol étaient en grève hier) à l'échelle du groupe, Jean-Marc Janaillac a néanmoins mis son avenir en jeu. "Air France doit sortir de cette paralysie. Face à la gravité de la situation et parce que l'avenir de la compagnie pourrait être menacé, j'ai décidé de lancer cette consultation auprès de l'ensemble des salariés, qui depuis des années, se sont pleinement engagés pour le redressement et la compétitivité d'Air France. Je ne peux accepter le gâchis en cours alors même qu'une très large majorité des salariés est non-gréviste. Aussi, pour mettre fin à ce désastre et réengager l'ensemble de la compagnie dans la dynamique de croissance, j'appelle chacun à faire entendre sa voix. J'assumerai personnellement les conséquences de ce vote", a notamment déclaré le dirigeant la semaine passée.

Aucune contrainte juridique

Il est à noter que même en cas de 'oui' massif, de nouvelles grèves ne sont pas à exclure dans la mesure où le scrutin est 'sans implication juridique'. Le conflit social est ainsi loin d'être réglé chez Air France même si une réponse affirmative des salariés placerait les syndicats dans une situation pour le moins inconfortable.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com