Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 27/03/2020 à 17h35 TechnipFMC -5,86% 6,166€

Le pétrole recule encore, le secteur sous pression

Le pétrole recule encore, le secteur sous pression
Le pétrole recule encore, le secteur sous pression
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Outre le luxe et le tourisme, le secteur pétrolier est également une des principales victimes de la propagation du coronavirus en Chine. Les investisseurs craignent en effet que l'épidémie n'entraîne une baisse de la demande de brut de la part de la deuxième puissance mondiale, alors que le marché souffre déjà d'une offre excédentaire de pétrole. Résultat, le baril de Brent de la mer du Nord perd encore 1% à 57,9 dollars ce mardi, alignant une sixième séance consécutive de repli. Le WTI redonne de son côté 0,8% à 52,8$, au plus bas depuis octobre dernier.

Le pétrole est en baisse car les investisseurs vendent leurs positions par crainte que le virus ne se propage beaucoup plus rapidement que prévu, mais pour l'instant les prix résistent à un effondrement plus profond, affirme Will Sungchil Yun à 'Bloomberg'. L'analyste chez VI Investment estime toutefois qu'une accélération baissière pourrait avoir lieu si le WTI tombe en dessous de 50 dollars. L'impact sur la consommation d'or noir et la croissance économique pourrait être pire que celui du SRAS en 2003, la Chine et l'Asie représentant désormais des parts plus importantes de l'économie mondiale.

Amarpreet Singh, analyste pétrolier chez Barclays Capital, affirme pour sa part que si le trafic aérien en Chine diminue de moitié au cours du premier trimestre, cela entraînerait probablement une baisse de 300.000 barils par jour de la demande chinoise de kérosène. Le déclin du transport routier sera probablement moins spectaculaire que par le passé, mais il restera significatif. Bien qu'il reste à voir à quelle vitesse la propagation du virus sera contenue, l'expérience de l'épidémie de SRAS de 2003 suggère que les inquiétudes concernant la demande sont probablement exagérées, souligne toutefois le spécialiste. Si l'érosion de la demande est plus aiguë, Amarpreet Singh attend des producteurs de l'OPEP+, qui ont récemment adopté une approche plus agressive pour équilibrer le marché, qu'ils prennent des mesures supplémentaires pour maintenir les cours.

L'Arabie saoudite a indiqué qu'elle suivait la situation de près mais s'attend pour le moment à un impact très limité sur la demande mondiale.

A Paris, TechnipFMC abandonne encore 2,4%, portant ses pertes à plus de 11% sur cinq séances. Total (-0,5%), CGG (-0,9%) ou encore Maurel et Prom (-1,9%) font aussi grise mine.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !