»
»
»
»
Consultation
Cotation du 14/12/2018 à 17h35 Renault -2,49% 55,650€
  • RNO - FR0000131906
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Le DG de Renault doit rester président de l'alliance, selon Bruno Le Maire

Le DG de Renault doit rester président de l'alliance, selon Bruno Le Maire
Le DG de Renault doit rester président de l'alliance, selon Bruno Le Maire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Nouvelles plaintes visant Carlos Ghosn. En détention au Japon depuis le 19 novembre en raison d'accusations de fraude fiscale et d'utilisation des fonds de l'entreprise à des fins personnelles dans le cadre de ses activités chez Nissan, le PDG de Renault aurait transféré au constructeur nippon des pertes personnelles. Selon le quotidien 'Asahi Shimbun', le dirigeant aurait fait passer dans les comptes de Nissan des pertes sur des investissements personnels lors de la crise financière de 2008.

Citant plusieurs sources anonymes, le journal précise que lorsque la banque de Carlos Ghosn lui a réclamé davantage de collatéral garantissant un contrat sur dérivés de changes noué en 2006, le dirigeant a transféré tous les droits relatifs à ce contrat à Nissan, le constructeur ayant absorbé de ce fait 1,7 milliard de yens (13,2 ME) de pertes.

Mitsubishi écarte à son tour C.Ghosn

A l'instar de Nissan la semaine dernière, Mitsubishi Motors a évincé lundi Carlos Ghosn de son poste de président du constructeur automobile japonais. C.Ghosn demeure pour l'heure PDG de Renault et patron de l'alliance Renault/Nissan/Mitsubishi. Le groupe français a néanmoins désigné le tandem Thierry Bolloré / Philippe Lagayette pour remplacer son emblématique patron de façon intérimaire.

L'alliance en danger?

Les dirigeants de l'alliance basée à Amsterdam doivent se rencontrer jeudi pour la première fois depuis l'arrestation de C.Ghosn. Selon des personnes proches du dossier citées par Bloomberg, le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, souhaiterait que la star déchue soit remplacée par des membres des trois sociétés. Mais le gouvernement français, principal actionnaire de Renault, s'en tient au principe selon lequel le président du constructeur devrait diriger l'alliance, point de vue partagé par les responsables de Renault.

"Le directeur général de Renault doit rester président de l'alliance"

Interrogé sur 'LCI', Bruno Le Maire a réaffirmé la position de l'Etat. "Il y a aujourd'hui un partage qui me paraît le bon, il y a un équilibre qui me paraît le bon... Je ne souhaite pas qu'il y ait des modifications entre les équilibres de pouvoirs", a indiqué le ministre de l'Economie et des Finances. "Le directeur général de Renault doit rester président de l'alliance", a ajouté Bruno Le Maire.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com