»
»
»
»
Consultation
Cotation du 24/04/2019 à 21h48 Commerzbank -0,90% 7,819€
  • CBK - DE000CBK1001
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

La Deutsche Bank et la Commerzbank discutent bien fusion

La Deutsche Bank et la Commerzbank discutent bien fusion
La Deutsche Bank et la Commerzbank discutent bien fusion
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Rien n'est fait. Mais c'est officiel depuis ce week-end. La Deutsche Bank et Commerzbank ont bien engagé des discussions en vue d'une possible fusion. "A la lumière des opportunités qui se présentent, le directoire de Deutsche Bank a décidé d'étudier des options stratégiques", explique la première banque allemande dans un bref communiqué. La DB souligne qu'il n'y a aucune certitude que les discussions aboutissent à un accord et que le directoire est "concentré sur l'amélioration du profil de croissance et de la rentabilité de la banque".

4ème banque en Europe ?

Fusionnées, les deux banques donneraient naissance à un établissement bancaire de près de 1.800 milliards d'euros d'actifs au bilan, avec une capitalisation boursière cumulée d'environ 25 milliards d'euros. Le nouvel ensemble, qui deviendrait le 4ème plus important en Europe, aura une part de marché de 20% dans la banque de détail en Allemagne et un effectif de 140.000 personnes à travers le monde.

Le gouvernement en soutien

Véritable serpent de mer dans les salles de marchés depuis plusieurs années, l'idée d'un rapprochement entre les deux premiers établissements financiers allemands est soutenue par le gouvernement local qui s'inquiète notamment de la fragilité de la DB. Cette dernière est sortie indemne de la crise financière de 2008 mais a ensuite perdu pied, ne parvenant pas à dégager durablement des bénéfices. En 2016, le Fonds monétaire international l'a qualifiée de plus grand risque financier potentiel en raison de ses liens avec les autres groupes bancaires.

Des milliers d'emplois pourraient disparaître

Chez les syndicats, l'inquiétude est grande alors que le Ministre des finances aurait indiqué au patron de la DB qu'il ne s'opposerait pas à cette fusion malgré les graves conséquences sociales attendues. La presse évoque la suppression potentielle de plus d'un poste sur cinq, soit près de 30.000 emplois... Le syndicat Verdi s'est ainsi déjà prononcé contre une telle opération. A Berlin, on craint qu'une défaillance du premier établissement allemand ne soit encore plus dramatique pour la société mais également pour l'ensemble de l'économie nationale.

©2019,

Partenaires de Boursier.com