»
»
»
»
Consultation
Cotation du 11/10/2019 à 17h35 L'Oreal -0,86% 243,200€
  • OR - FR0000120321
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

L'Oréal tangue, l'Amérique du Nord inquiète

L'Oréal tangue, l'Amérique du Nord inquiète
L'Oréal tangue, l'Amérique du Nord inquiète
Crédit photo © L'Oréal / Mario Fourmy

(Boursier.com) — Les Etats-Unis inquiètent, L'Oréal tangue. Le titre du numéro un mondial des cosmétiques abandonne 4,4% à 236,6 euros en matinée, les opérateurs s'inquiétant de la contraction des ventes en Amérique du Nord où la demande pour les produits de maquillage a ralenti au deuxième trimestre. A l'instar de ses concurrents comme Estee Lauder, L'Oréal a toutefois continué à bénéficier d'une demande soutenue en Asie, zone géographique qui est désormais devenue son premier marché, avec un appétit pour les marques haut de gamme particulièrement marqué en Chine. Mais le marché semble se concentrer sur les difficultés en Amérique du Nord où les ventes en données comparables ont reculé de 1,1% entre avril et juin, soit la plus mauvaise performance en une décennie.

Globalement, le groupe français a enregistré une hausse de 9,8% de son chiffre d'affaires à 7,26 milliards d'euros. Il ressort en progression de 6,8% en données comparables mais les analystes anticipaient une hausse de 7,4%...

"Décrire la croissance organique de 6,8% du chiffre d'affaires comme étant décevante semble difficile, mais nous pensons que cela décrit bien la performance de L'Oréal au deuxième trimestre", affirme James Edwardes Jones, analyste chez RBC.

La Chine oui... mais les autres régions déçoivent, estime de son côté Bryan Garnier. Le broker, qui continue à trouver le titre assez cher, reste 'neutre' avec une 'fair value' de 225 euros.

"Le problème est de savoir si nous avons dépassé le sommet et si la croissance va désormais se normaliser", souligne également Bernstein ('sous-performer'). "L'Oréal, plus que tout autre titre suivi par Bernstein, se négocie sur la croissance de son chiffre d'affaires, de sorte que lorsque les ventes du deuxième trimestre sont fortes mais inférieures aux attentes, tombant en dessous de +7% pour la première fois depuis un an, cela est plus important que la publication de marge/bpa en ligne avec le consensus ou l'annonce d'un petit plan de rachat d'actions (750 ME).

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com