Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 08/07/2020 à 17h23 Kering (ex-PPR) -1,44% 491,600€
  • KER - FR0000121485
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Kering : Gucci déçoit, le titre chute

Kering : Gucci déçoit, le titre chute
Kering : Gucci déçoit, le titre chute
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La sanction est sévère pour Kering à l'ouverture du marché parisien. Le titre du groupe de luxe décroche de plus de 6% à 458,5 euros après que le propriétaire de Gucci et Saint-Laurent eut dévoilé un chiffre d'affaires trimestriel de 3,20 milliards d'euros, en retrait de 15,4% en données publiées et de 16,4% en comparable. Evidemment fortement impactée par la pandémie de Covid-19, Gucci, la marque star de Kering et sa principale source de profit, a vu ses ventes plonger de 23,3% à données comparables sur la période.

Jean-Marc Duplaix, le directeur financier de Kering, s'est dit toutefois confiant, les perspectives s'améliorant en Chine continentale à mesure que les boutiques rouvrent, ce dont Gucci devrait bénéficier : "depuis début avril, nous avons constaté une amélioration et une tendance positive de la plupart de nos marques en Chine continentale". Sans surprise, Kering a également annoncé une réduction de son dividende de 30% par rapport à 2019, à 8 euros par action.

Très déçue par cette publication, Bank of America a dégradé le dossier d''achat' à 'sous-performer', mettant notamment en avant les revenus très inférieurs aux attentes de Gucci, la griffe italienne semblant perdre du terrain par rapport à ses pairs, LVMH en particulier, ce qui n'est pas reflété dans les attentes du consensus. "Après un retournement impressionnant de la marque, nous pensons qu'il y a de plus en plus de preuves de fissures dans l'histoire de Gucci", souligne l'analyste.

Bernstein ('performance de marché) affirme également que les résultats trimestriels de Kering suggèrent "un soupçon de ralentissement spécifique à la marque Gucci", étant donné que toutes les autres marques du groupe se sont mieux comportées. La décroissance organique de 23% de Gucci semble, à première vue, "particulièrement disproportionnée" par rapport à la baisse des revenus de 10% de la division 'Mode et Maroquinerie' de LVMH, ajoute le broker.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !