»
»
»
»
Consultation
Cotation du 23/05/2019 à 17h37 Kering (ex-PPR) -3,40% 491,200€
  • KER - FR0000121485
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Kering : chahuté après le ralentissement de la croissance

Kering : chahuté après le ralentissement de la croissance
Kering : chahuté après le ralentissement de la croissance
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Victime de prises de bénéfices, Kering enregistre sa plus forte chute depuis 6 mois avec un titre qui abandonne 5% à 509 euros sur le marché parisien. Habitués aux performances exceptionnelles du groupe de luxe, les opérateurs se montrent sévères après la publication trimestrielle du propriétaire des marques Balenciaga, Alexander McQueen et Gucci. Kering a en effet dévoilé un chiffre d'affaires légèrement supérieur aux attentes des analystes mais le ralentissement de la croissance interne est pointé du doigt. A taux de changes et périmètre constants, la croissance est ressortie à 17,5%, contre 16,9% attendus, après une hausse de 24,2% au dernier trimestre 2018.

Gucci ralentit mais a de quoi faire des envieux

Les ventes de la marque florentine, à taux de change et périmètre constants, ont progressé de 20%, après une hausse de 28% au dernier trimestre de 2018 et de 37% sur l'ensemble du dernier exercice. Malgré ce léger fléchissement, Gucci reste, de loin, le meilleur élève du secteur. Louis Vuitton, première marque mondiale de luxe, a par exemple enregistré une croissance organique d'environ 15% au premier trimestre... Gucci profite des achats d'une clientèle chinoise qui consomme davantage dans son pays et de la progression de ses ventes en ligne, la Chine étant devenue son 3e marché pour son e-commerce derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Des points négatifs pour Citi

Citi estime que cette publication ne pourrait pas être suffisante pour permettre une poursuite de la valorisation du titre. Bien que le ton du management lors de la conférence analystes fut confiant, compte tenu de l'absence d'écart avec les attentes du consensus, le marché est susceptible de se concentrer sur quelques aspects négatifs, notamment le fait que les tendances régionales ne sont pas aussi homogènes qu'au cours des trimestres précédents et que le ralentissement aux États-Unis est important. Le broker relève aussi la performance décevante de Bottega Veneta et le fait que l'impact net des taux de change pourrait peser sur les marges de l'exercice. Notons que Goldman Sachs est resté de son côté à l'achat sur le dossier avec un cours cible ajusté à 593 euros.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com