»
»
»
»
Consultation
Cotation du 20/09/2019 à 22h15 Johnson & Johnson +1,18% 131,650$
  • JNJ - US4781601046
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Johnson & Johnson : plombé par le scandale du talc à l'amiante

Johnson & Johnson : plombé par le scandale du talc à l'amiante
Johnson & Johnson : plombé par le scandale du talc à l'amiante
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le titre de Johnson & Johnson a plongé de 10% vendredi à Wall Street, à 133 dollars, après des révélations faites par l'agence 'Reuters' concernant les talcs pour bébés produits par le groupe, et qui contenaient de l'amiante, source de maladies pour ses utilisateurs. L'enquête de 'Reuters' montre que le géant des produits d'entretien et d'hygiène était au courant de longue date de cette anomalie, mais qu'il n'a pas agi pour y remédier.

'Reuters' a établi que le groupe connaissait cette présence d'amiante depuis des décennies, alors que la substance est soupçonnée d'avoir causé des cancers chez des milliers de ses clients. Les dirigeants de l'entreprise, des chercheurs, des médecins et des avocats, étaient au courant mais ont délibérément choisi de ne pas divulguer cette information et de ne pas en référer aux autorités, ajoute l'agence en citant des documents internes.

Le groupe déjà condamné à 4,7 Mds$ dans cette affaire

Au total, le groupe fait l'objet de poursuites par 11.700 clients, dont des milliers de femmes atteintes de cancer des ovaires, selon cette enquête. Les analystes estiment que ce scandale pourrait durablement porter atteinte à la réputation de Johnson & Johnson et coûter au groupes des milliards de dollars en pénalités légales.

L'affaire n'est pas nouvelle, mais son ampleur apparaît bien plus importante que ce que l'on pensait jusqu'ici. En juillet dernier, le procès le plus retentissant concernant l'amiante dans le talc de Johnson & Johnson s'est soldé par une condamnation du groupe, par un tribunal de St. Louis, au Missouri, à verser 4,7 milliards de dollars à 22 femmes et à leurs familles, qui accusaient ce talc d'avoir provoqué des cancers ovariens. J&J avait alors fait connaître son intention de faire appel de la décision de justice.

Vendredi, Johnson & Johnson a réagi en qualifiant l'article de 'Reuters' de "partial, faux et provocateur".

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com