»
»
»
»
Consultation
Cotation du 16/07/2019 à 22h15 Johnson & Johnson -1,64% 132,500$
  • JNJ - US4781601046
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Johnson & Johnson : dans le box des accusés dans la crise des opioïdes

Johnson & Johnson : dans le box des accusés dans la crise des opioïdes
Johnson & Johnson : dans le box des accusés dans la crise des opioïdes

(Boursier.com) — Déjà aux prises avec la justice pour son talc pour bébé potentiellement cancérigène, le géant pharmaceutique américain Johnson & Johnson est également attaqué dans le cadre de la crise des opioïdes aux Etats-Unis.

Dans un procès qui a démarré mercredi dans l'Oklahoma, le groupe est accusé par cet Etat d'avoir usé de méthodes commerciales trompeuses pour favoriser les prescriptions de médicaments antidouleur.

A Wall Street, le titre de Johnson & Johnson a perdu mercredi 4,2% à 131,33$ (après une chute de 6% en séance), alors que débutait ce procès, le premier d'une longue série visant les compagnies pharmaceutiques américaines. Selon Brad Beckworth, avocat de l'Etat, J&J a recouru à des pratiques commerciales trompeuses depuis les années 1990 afin d'inciter les médecins à prescrire des opioïdes. Selon lui, J&J, pour promouvoir le Duragesic et le Nucynta, les a présentés comme "sûrs et efficaces contre les douleurs du quotidien" tout en minimisant les risques d'addiction.

Le ministre de la Justice de l'Etat d'Oklahoma, Mike Hunter, à l'origine de ce dossier dont l'enjeu financier se chiffre en milliards de dollars, a estimé lors de l'audience tenue dans la ville de Norman que J&J devait être condamné à payer pour résoudre ce qu'il a présenté comme "la pire crise de santé publique due à l'homme dans l'histoire de notre Etat".

2.000 procédures en cours aux Etats-Unis dans la crise des opioïdes

Deux autres laboratoires, Purdue Pharma et Teva Pharmaceutical Industries, étaient mis en cause dans cette affaire, mais l'Oklahoma a conclu avec eux des accords amiables avant le procès. Purdue Pharma, qui fabrique l'OxyContin, l'un des plus connus des antidouleur mis en cause, a accepté de payer 270 millions de dollars et Teva 85 M$, laissant J&J seul à comparaître.

Le procès de Norman est le premier marquant l'aboutissement de l'une des quelque 2.000 procédures judiciaires engagées par des Etats ou des collectivités locales aux Etats-Unis contre des entreprises pharmaceutiques mises en cause dans la crise des opioïdes. Selon le Center for Disease Control and Prevention, une agence fédérale, ces molécules de synthèse ont été à l'origine de 47.600 morts par surdose en 2017.

Certains avocats ont comparé ces dossiers aux poursuites d'Etats américains contre le secteur du tabac, qui avaient abouti en 1998 à un accord amiable de 246 milliards de dollars.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com