Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 10/07/2020 à 16h14 Ipsos +1,58% 22,550€
  • IPS - FR0000073298
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Ipsos réduit son dividende et renonce à toute estimation d'activité

Ipsos réduit son dividende et renonce à toute estimation d'activité
Ipsos réduit son dividende et renonce à toute estimation d'activité
Crédit photo © Ipsos

(Boursier.com) — Malgré un très bon début d'année, Ipsos renonce à son tour à toute estimation d'activité pour 2020... et réduit son dividende 2019. Pendant les 10 premières semaines de 2020, Ipsos explique avoir réalisé son meilleur départ d'année depuis 2011. Le carnet de commandes était supérieur de plus de 5% et les perspectives de gains de nouveaux contrats se situaient à un niveau particulièrement élevé. Seuls la Chine et quelques autres marchés asiatiques étaient à l'arrêt.

La situation s'est brutalement retournée à la mi-mars, dans beaucoup de régions du monde. Evidemment, le facteur déclenchant a été le confinement qui s'est mis en place dans les principaux pays d'Europe, aux Etats-Unis et dans d'autres pays, alors même qu'il n'était au mieux qu'assoupli dans quelques pays d'Asie. Pour l'ensemble du mois de mars, y compris les deux premières semaines, les commandes ont fléchi de 40%. Si on exclut les deux premières semaines du mois, la baisse est légèrement supérieure à 50%. Ceci-dit, les commandes nouvelles se sont mieux tenues, avec des baisses respectives d'environ 20% et 25%. La différence provient d'un volume très significatif d'annulations et de reports, souligne le groupe de sondages.

Pour un carnet de commandes à mi-mars proche d'un milliard d'euros, les reports et annulations ont représenté environ 7% de ce total, à comparer à un niveau habituel inférieur à 2%.

L'activité d'Ipsos est freinée par 3 facteurs principaux : les difficultés, importantes ou majeures selon les cas, que les entreprises et les institutions clientes rencontrent ; les incertitudes et les incompréhensions que la situation engendre ; les conséquences très directes du confinement qui pour des raisons essentiellement techniques, a conduit à l'arrêt, sinon à l'annulation, de nombreux programmes dont l'exécution impose un contact direct, personnel, physique entre les personnes, par exemple des enquêteurs et des interviewés.

Un tiers du chiffre d'affaires d'Ipsos est réalisé en utilisant des protocoles "face à face". Tout ce qui a été exécuté avant le 15 mars - le 15 janvier en Chine - est fait. A compter du confinement, la très grande majorité de ces programmes ont été stoppés. Quelques-uns ont déjà repris, en changeant les méthodes de travail, par exemple en utilisant des procédures d'enquêtes téléphoniques ou digitales. La plupart ne reprendront qu'à l'issue des périodes de confinement et de certaines des mesures restrictives qui leur succèderont.

Dans ces conditions, Ipsos indique qu'il suspend toute estimation de ce que devrait être son activité pour l'ensemble de 2020 ; et que ses résultats du premier trimestre 2020 sont inférieurs à ce que la dynamique commerciale enregistrée jusqu'à la fin de la deuxième semaine de mars laissait espérer.

Ipsos a évidemment mis en oeuvre une série de dispositions destinées à protéger ses marges, sa liquidité et ses capacités à travailler avec ses clients :
-le contrôle sur l'activité des différents marchés est renforcé par le passage à un système de reporting hebdomadaire, qui se substitue à l'habituel reporting mensuel;
-le volume de masse salariale - qui représente près de 80% des charges fixes d'Ipsos - est réduit rapidement. Les recrutements ont été gelés, ainsi que les évolutions salariales prévues, liées ou non à des promotions. Les principaux dirigeants et cadres d'Ipsos, soit environ 700 personnes, ont à leur immense majorité consenti des réductions de salaire mensuel jusqu'à 20%. Bien entendu, Ipsos s'est mis en ordre pour participer aux différents plans mis en oeuvre dans certains pays et qui aboutissent, autant que faire se peut, à maintenir les emplois existants. Enfin, si les bonus liés aux performances de 2019 ont été versés, les systèmes de rémunération variable relatifs à 2020 ont été pour l'instant mis entre parenthèse ;
-les frais généraux ont également été l'objet d'une grande attention ;
-il sera proposé à l'Assemblée Générale qui se tiendra probablement à huis clos, le 28 mai prochain de distribuer un dividende de 45 centimes par action, soit près de 50% de moins que ce qui avait été initialement prévu ;
-les rachats d'actions sont suspendus.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !