Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 14/07/2020 à 17h35 Ipsos +0,67% 22,400€
  • IPS - FR0000073298
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Ipsos : le chiffre d'affaires s'inscrit à 428,7 ME au T1

Ipsos : le chiffre d'affaires s'inscrit à 428,7 ME au T1
Ipsos : le chiffre d'affaires s'inscrit à 428,7 ME au T1

(Boursier.com) — Au premier trimestre 2020, le chiffre d'affaires d'Ipsos, à 428,7 millions d'euros, s'établit à un niveau un peu plus élevé que durant la même période de 2019. Il intègre les effets positifs, pour 0,8%, de deux acquisitions réalisées au cours du trimestre et déjà annoncées : les activités de Mystery Shopping de la société américaine Maritz, et celles d'une société française, ASKIA, qui développe des solutions logicielles spécifiques aux besoins de sociétés d'études telles qu'Ipsos.
Les effets de change sont également positifs pour 0,8%.
A taux de change et périmètre constants, l'activité est égale pour les deux exercices.

Par zone géographique la croissance est forte dans la zone Amériques, plus particulièrement aux Etats-Unis (+5%). A l'inverse, l'Asie Pacifique enregistre une décroissance de 10%, en raison de l'évolution très défavorable des activités en Chine (-25%) affectées par un confinement précoce.

AUTRES ELEMENTS DESCRIPTIFS DES CONDITIONS D'EXERCICE DE L'ACTIVITE AU COURS DU PREMIER TRIMESTRE

La profitabilité est en baisse d'environ 100 points de base par rapport à la même période de l'an dernier, compte tenu de la baisse soudaine d'activité intervenue à compter de la mi-mars. Cette brutalité ne nous a pas permis de réduire nos coûts de la même façon car ils sont en partie fixes et étaient proportionnés à la croissance prévue jusque-là pour l'année 2020.
En revanche, la génération de trésorerie libre d'exploitation a été en ligne avec les prévisions pour le premier trimestre et particulièrement élevée en raison du bon niveau des ventes à la fin de l'année 2019, qui se sont matérialisées en encaissements sur ce trimestre.

La société a investi environ 12 millions d'euros en procédant à deux acquisitions (Maritz Mystery Shopping et Askia) au cours du premier trimestre. Ces deux sociétés sont intégrées dans les comptes consolidés à compter du 1er février 2020.

Le ratio d'endettement net au 31 mars 2020 est à 47,4% en baisse par rapport aux 51,5% enregistrés au 31 décembre 2019 et aux 52,9% du 31 mars 2019.
La société possède une bonne liquidité avec 230 millions d'euros de trésorerie et environ 500 millions d'euros de facilités bancaires non utilisées, lui permettant de faire face à ses échéances de dette de 2020 et 2021.

PERSPECTIVES 2020

La situation n'a pas évolué depuis la publication, le 8 avril 2020, d'un communiqué indiquant qu'après un début d'exercice très positif malgré des performances décevantes dans quelques marchés asiatiques dont, en particulier la Chine, Ipsos opérait depuis la troisième semaine de mars dans un marché très différent.
La baisse des commandes est importante sous le double effet d'un volume de nouvelles commandes inférieur à celui de l'année précédente et d'un flux d'annulations et surtout d'interruptions et de reports très significatif.

Les ordres de grandeur communiqués le 8 avril se sont confirmés durant les trois semaines d'avril (semaine 14 qui commence le 30 mars et qui s'achève le 5 avril, semaine 15 et semaine 16) : Le niveau des nouvelles commandes est inférieur de 10% à celui de l'année dernière tandis que le solde du carnet de commandes (nouvelles commandes, nettes des annulations et reports de la période) est égal à 40% de celui des mêmes semaines de 2019. Il est vraisemblable que cette tendance, avec peut-être moins d'annulations et de reports, se poursuive tant que la phase du Grand Confinement ne laissera pas la place à une autre période caractérisée par une levée, certes progressive mais néanmoins réelle, des mesures les plus restrictives.

D'ici là, l'activité d'Ipsos restera freinée par :
-les difficultés rencontrées par les clients eux-mêmes,
-les incertitudes que l'épidémie a créées, notamment sur la durée des confinements et la persistance des restrictions et des craintes qui caractériseront la période suivante,
-les conséquences du confinement et l'impossibilité opérationnelle qu'Ipsos rencontre dans l'exécution de certains programmes, notamment quand il s'agit d'interroger directement et physiquement des individus.

Ipsos est optimiste parce que les services rendus et les informations fournies, que ce soit aux autorités publiques, aux entreprises et à d'autres organisations, sont indispensables et seront jugés comme tels durant les différentes phases qui précèderont le retour à une vie " normale " pour nous tous.

Ipsos est aussi réaliste et actif notamment :
-Des mesures de contrôle de la base des coûts et de leur alignement sur les niveaux constatés d'activité ont été prises dès le mois de mars. Elles doivent, entre autres objectifs, assurer une bonne liquidité de la compagnie. La réduction de moitié du montant des dividendes renvoie à la même logique.
-Les solutions qu'Ipsos propose à ses clients ont été ou seront très vite aménagées, afin d'être compatibles avec les contraintes techniques et matérielles qu'imposent le Grand Confinement et, au-delà, les mesures restrictives qui persisteront dans les mois qui viennent. Elles sont, autant que faire se peut, plus digitales, plus agiles, plus rapides. Elles permettent d'obtenir les mesures précises et les informations fraiches auxquelles entreprises et organisations doivent avoir accès. Le Grand Confinement témoigne d'une grande crise. Il est aussi un formidable accélérateur d'innovations, de transformation des méthodologies et des processus de recueil des données.
-Des programmes de formation interne, de communication vis-à-vis des clients, de fonctionnement des outils collaboratifs font l'objet d'une attention toute particulière. Les temps sont anxiogènes et difficiles pour toutes et tous. Les besoins d'adaptation sont considérables. Dans les faits, il est facile de décréter que tous les salariés d'une entreprise doivent travailler depuis leur domicile mais il est très compliqué de faire en sorte que, sous cette contrainte, le travail qui doit être fait soit fait avec la même efficacité. Ipsos continue de gérer des milliers de projets, d'enquêter auprès de millions de personnes, de recueillir et d'analyser les contenus de centaines de milliers de sites et de sources issues de l'univers des réseaux sociaux. Les équipes d'Ipsos sont, tous les jours, dans tous les territoires le porte-parole des consommateurs/ citoyens et clients.

Enfin, Ipsos observe avec attention comment, à quel rythme et avec quel type de demandes -nouvelles ou pas-, les marchés se reconstituent dans les pays qui n'ont jamais été totalement confinés, comme la Corée du Sud, ou qui émergent du confinement, comme la Chine.

D'ici 5 semaines, à l'occasion de l'Assemblée Générale des actionnaires d'Ipsos SA qui se tiendra à huis clos le 28 mai, Ipsos communiquera à nouveau sur l'état du marché et l'évolution de son activité.

Publication des résultats semestriels le 22 juillet 2020.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !