»
»
»
»
Consultation
Cotation du 15/08/2018 à 17h36 Orange -0,70% 14,135€
  • ORA - FR0000133308
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Internet : l'Arcep fait le bilan de santé de l'internet en France

Internet : l'Arcep fait le bilan de santé de l'internet en France
Internet : l'Arcep fait le bilan de santé de l'internet en France
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Pour la seconde année, l'Arcep publie son rapport sur L'état d'internet en France. Les équipes de l'Arcep ont présenté les conclusions de ces travaux, sous forme d'un bilan de santé, en présence de Sophie Beaudouin-Hubière, députée, et vice-présidente de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.
Remis au Parlement, ce rapport s'intéresse aux différentes composantes des réseaux internet, fixes et mobiles : qualité de service, interconnexion, progression de l'IPv6, neutralité du net et ouverture des terminaux sont auscultées. S'inspirant du principe du "bilan de santé", l'Arcep établit un "diagnostic" pour l'année passée, et identifie "thérapies de choc" ou "médecine préventive" à mettre en place. L'objectif est de s'assurer que le réseau de réseaux qu'est internet demeure un bien commun inclusif.

Améliorer la qualité de service

Dans ce bilan de santé d'internet en France, l'Arcep fait le point sur ce qu'il faudrait pour améliorer la qualité de service d'internet.
Pour "perfectionner le scanner", gagner en fiabilité, transparence, et lisibilité, l'Arcep a sollicité tous les acteurs de l'écosystème de la mesure et initié une démarche de co-construction. L'objectif est de publier un code de conduite commun et développer une API déclinant la "carte d'identité de l'accès" de chaque terminal. Vingt acteurs sont impliqués dans la démarche de co-construction de la mesure de la qualité de service.
L'Arcep effectue un suivi de l'interconnexion du marché. Les résultats, une fois consolidés, seront publiés dans un observatoire annuel dédié d'ici la fin d'année 2018.

Soigner la transition IPv4 / IPv6

En outre, la multiplication des objets connectés va épuiser le stock d'adresses IPv4 disponibles d'ici 2021. Or tout retard pris par la France dans la transition vers IPv6 érigerait une barrière à l'entrée significative pour les nouveaux acteurs et entraînerait le développement d'un internet scindé en deux, IPv4 d'un côté et IPv6 de l'autre. Ce serait un frein pour la compétitivité des entreprises. Pour faire accélérer l'écosystème, l'Arcep publie un observatoire. Seuls 2 opérateurs parmi les 4 principaux ont un nombre significatif de clients activés en IPv6. En octobre 2018, l'Arcep organisera des ateliers de travail 'IP 6' dédiés au partage d'expériences entre acteurs de la transition.

Neutralité du net ?

Fin 2017, les Etats-Unis ont remis en cause la protection de la neutralité de l'internet. En Europe, dans un souci de liberté d'information, d'expression, mais aussi de liberté d'entreprendre, l'Arcep et ses homologues ont poursuivi l'application du règlement sur l'internet ouvert. La France bénéficie des fruits du dialogue proactif lancé avec les acteurs en 2016, mais l'Arcep veille à ce que l'écosystème ne relâche pas son attention et à ce que les fournisseurs d'accès ajustent leurs pratiques par une analyse au cas par cas. Déjà, l'Arcep a reçu 367 signalements relatifs à la neutralité du net. Par ailleurs, l'Arcep contribue au développement d'outils de détection de pratiques de gestion de trafic.

Réflexion sur le maillon faible

Avec l'entrée en vigueur du règlement européen sur la neutralité du net, l'Arcep peut exercer sa protection sur les réseaux. Pourtant, au bout de la chaîne, il existe un maillon faible : les terminaux. Smartphones, assistants vocaux, tablettes... Ils restreignent l'ouverture d'internet et enferment les utilisateurs avec leurs systèmes d'exploitation, leurs navigateurs et leurs magasins d'applications. Une série d'auditions et d'ateliers ont permis de produire une analyse circonstanciée de ces constats et de proposer des pistes d'action très concrètes, depuis l'amélioration de la transparence jusqu'à l'intervention directe du régulateur.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com