Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 08/07/2020 à 17h20 Innate Pharma -1,15% 5,600€

Innate Pharma présente de nouvelles données d'efficacité pour monalizumab

Innate Pharma présente de nouvelles données d'efficacité pour monalizumab
Innate Pharma présente de nouvelles données d'efficacité pour monalizumab

(Boursier.com) — Innate Pharma annonce la présentation de nouvelles données pour monalizumab, son produit le plus avancé sous partenariat, au congrès virtuel de l'ASCO20 qui se tiendra du 29 au 31 mai 2020. La présentation portera sur une extension de cohorte de type Phase II explorant la combinaison de monalizumab et cetuximab chez les patients présentant un carcinome épidermoïde de la tête et du cou en rechute ou métastatique et préalablement traités par une chimiothérapie à base de sels de platine ainsi qu'une immunothérapie anti-PD-(L)1. Monalizumab est un inhibiteur de point de contrôle immunitaire potentiellement 'first-in-class' ciblant le récepteur NKG2A exprimé sur les lymphocytes cytotoxiques NK et T CD8 infiltrés dans la tumeur.

"Nous sommes heureux de présenter des données additionnelles pour la combinaison de monalizumab et cetuximab dans les cancers de la tête et du cou au congrès virtuel de l'ASCO cette année. Ces données renforcent les taux de réponse encourageants précédemment observés dans notre programme clinique évaluant les cancers tête et cou", commente Pierre Dodion, Directeur Médical d'Innate Pharma. "Bien que cette étude ne soit pas randomisée, ces données se comparent favorablement avec les données historiques observées pour cetuximab seul ou pour des immunothérapies anti-PD-(L)1 en monothérapie dans les cancers de la tête et du cou en rechute ou métastatique après une ligne de thérapie systémique".

Concernant les résultats clés de la cohorte 2 (Phase II), en date du 31 mars 2020, un taux de réponse globale (ORR) de 20% a été observé parmi 40 patients prétraités par sels de platine et une immunothérapie anti-PD-(L)1, confirmant l'activité précédemment observée dans l'analyse post-hoc du sous-groupe prétraités par une immunothérapie anti-PD-(L)1 dans la cohorte 1 (ORR=17%, n=18). Des réponses ont été observées chez les patients sensibles (3/21) et résistants (5/19) aux sels de platine ainsi que chez les patients sensibles (3/17) et résistants (5/23) aux immunothérapies anti-PD-(L)1. Des réponses ont également été observées chez les patients exposés à une immunothérapie anti-PD-(L)1 lors de leur dernière thérapie (5/34) ou dont l'immunothérapie anti-PD-(L)1 était un traitement antérieur (3/6).

La combinaison de monalizumab et cetuximab montre un profil de tolérance gérable, soutenant la poursuite de l'exploration. Aucun effet indésirable n'a mené à l'arrêt du traitement. Dix-sept patients (42%) ont développé un effet indésirable de grade 3-4. Un patient seulement (2%) a développé un effet indésirable de grade 3-4 considéré comme lié à monalizumab : une neuropathie sensorielle périphérique et de l'asthénie. Aucun décès lié au traitement n'a été signalé.

"Ces résultats additionnels de l'étude de Phase II sont encourageants et valident les taux de réponse globale précédemment observés pour la combinaison de monalizumab et cetuximab pour le traitement des cancers tête et cou en rechute ou métastatique, une affection maligne au pronostic défavorable pour laquelle des thérapies nouvelles, efficaces et tolérables continuent d'être nécessaires", commente le Dr. Roger B. Cohen, Professeur de Médicine à l'Hôpital de l'Université de Pennsylvanie. "La double action de ciblage que présente la combinaison de monalizumab, un anticorps monoclonal ciblant NKG2A, lorsqu'il est associé avec cetuximab peut potentiellement offrir une activité antitumorale supérieure par rapport à cetuximab seul, le standard de soin actuel. Nous attendons avec impatience de nouvelles études pour évaluer cette combinaison nouvelle".

Comme annoncé précédemment, le démarrage de l'essai de Phase III évaluant monalizumab en combinaison avec cetuximab chez des patients présentant un carcinome épidermoïde de la tête et du cou en rechute ou métastatique prétraités par une immunothérapie anti-PD-(L)1, qui sera mené par AstraZeneca, est attendu en 2020.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Innate Pharma

Plus d'actualités