»
»
»
»
Consultation
Cotation du 14/12/2018 à 17h35 Groupe ADP (ex-Aeroports de Paris) -1,01% 166,200€
  • ADP - FR0010340141
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Groupe ADP en net repli après les déclarations de Bruno Le Maire

Groupe ADP en net repli après les déclarations de Bruno Le Maire
Groupe ADP en net repli après les déclarations de Bruno Le Maire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les derniers commentaires du gouvernement sur le projet de cession d'une partie de la participation détenue par l'Etat (50,6%) dans Groupe ADP ne sont guère au goût du marché. En matinée, l'action du gestionnaire des aéroports parisiens abandonne 2,25% à 186,4 euros. Bruno Le Maire a notamment indiqué que "si à un moment donné, une puissance étrangère voulait prendre le contrôle d'Aéroport de Paris, la réponse serait non"... De quoi écarter les candidats internationaux potentiels à une prise de participation importante dans l'opérateur aéroportuaire.

"Groupe ADP pourrait voir toute prime de cession incorporée dans son cours se volatiliser avec la volonté du gouvernement français de s'opposer à une prise de participation majoritaire par un acteur étranger", estime Stephanie D'Ath, analyste chez RBC. A 'sous-performer' sur le dossier, le broker voit plus de potentiel baissier que haussier sur la valeur.

Le patron d'ADP monte au créneau

A noter qu'Augustin de Romanet, le patron de Groupe ADP a tenté de nuancer ce matin les propos du Ministre de l'Économie et des Finances. Interrogé sur 'CNews', le dirigeant a déclaré : "Le terme puissance étrangère semble vouloir dire quelqu'un originaire d'un pays étranger et qui ne serait pas agréé par le gouvernement. S'agissant de la première frontière du pays qu'est le groupe ADP, il n'est pas illégitime de regarder à deux fois entre les mains de qui on met l'actif... Mais on ne peut pas vendre des sous-marins aux Australiens et (leur) dire: vous n'êtes pas persona grata pour être investisseurs chez nous".

A.de Romanet a par ailleurs indiqué que "si l'Etat souhaitait aller le plus vite possible, le processus d'enchères pourrait se dérouler à la fin du premier semestre pour une opération qui se clôturerait à la fin de l'année 2019."

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com