Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 27/11/2020 à 23h00 Alphabet Class C +1,23% 1 793,19$
  • GOOG - US02079K1079
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Google / Apple : l'accord du siècle remis en cause par la Justice ?

Google / Apple : l'accord du siècle remis en cause par la Justice ?
Google / Apple : l'accord du siècle remis en cause par la Justice ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L 'information dévoilée ce week-end par le 'New York Times' a de quoi faire grand bruit. Dans le viseur de la Justice américaine depuis la semaine passée et l'annonce de l'ouverture d'une procédure antitrust, le quotidien américain révèle que Google et Apple ont conclu un accord qui rapporte chaque année plusieurs milliards de dollars à la firme à la pomme. Cette alliance vise à faire de Google le moteur de recherche par défaut sur tous les produits Apple. Un partenariat perçu comme quasi vital pour Google puisque, selon le Département de la justice, près de la moitié de son trafic de recherches provient désormais d'appareils du groupe de Cupertino.

Conclu en 2014, l'accord initial entre les deux parties rapportait 1 milliard de dollars par an à Apple. Un montant qui a depuis explosé puisque le groupe fondé par Steve Jobs percevrait aujourd'hui entre 8 et 12 milliards de dollars de la part de la société dirigée par Sundar Pichai en échange de l'intégration du moteur de recherche de Google dans ses produits. Une fourchette qui représente de 14 à 21% des bénéfices annuels d'Apple !

Une union vraiment improbable ?

Selon le NYT, cette alliance entre deux des géants de la Silicon Valley est un excellent exemple de ce que les régulateurs considèrent comme des tactiques illégales utilisées par Google pour protéger son monopole et étouffer la concurrence dans la recherche sur le web. Une union qualifiée d'improbable qui, selon les régulateurs, empêche injustement les petites entreprises de toute chance de réussite sur ce marché. "Nous avons ce genre de terme étrange dans la Silicon Valley : co-opposition", affirme Bruce Sewell, avocat général d'Apple de 2009 à 2017. "Vous avez une concurrence brutale, mais en même temps, vous avez une coopération nécessaire".

Petite anecdote croustillante dévoilée par le NYT et clairement passée inaperçue à l'époque. Lors de la présentation du premier iPhone en 2007, Steve Jobs a invité Eric Schmidt, alors directeur général de Google et membre du Conseil d'administration d'Apple, à le rejoindre sur scène : "Si nous fusionnions les deux sociétés, nous pourrions les appeler AppleGoo... Avec la recherche de Google sur l'iPhone, vous pouvez en fait fusionner sans fusionner", plaisantait alors le patron de Google.

Google tente de se défendre

En obligeant Google à renoncer à cet accord, la Justice américaine porterait un énorme coup aux deux colosses de la tech puisque Google aurait très peu, voire aucune, chance de remplacer le trafic provenant des produits Apple tandis que ce dernier verrait ses profits amputer de plusieurs milliards de dollars. Pour sa défense, Google affirme qu'il domine la recherche sur Internet parce que les consommateurs le préfèrent, et non parce qu'il achète des clients.

L'entreprise souligne que son partenariat avec Apple n'est pas différent de celui conclu entre Coca-Cola et un supermarché pour un espace de rayonnage important, qu'Apple permet aux gens de changer leur moteur de recherche par défaut et que d'autres moteurs de recherche, comme Bing de Microsoft, ont également des accords de partage de revenus avec Apple pour apparaître comme options de recherche secondaires sur les iPhones. Pas sûr que cela suffise à convaincre le gendarme de la concurrence américain.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !