»
»
»
»
Consultation
Cotation du 14/12/2018 à 22h15 General Motors -0,03% 35,100$
  • GM - US37045V1008
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

General Motors veut supprimer 14.700 postes, le titre grimpe

General Motors veut supprimer 14.700 postes, le titre grimpe
General Motors veut supprimer 14.700 postes, le titre grimpe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — General Motors a bondi de 4,8% lundi à Wall Street. Le groupe a annoncé son intention de couper dans ses effectifs et sa production en Amérique du Nord. Ces actions représentent, estime Reuters, la plus importante restructuration du groupe automobile de Detroit depuis la faillite intervenue il y a dix ans déjà. Le groupe pourrait stopper l'année prochaine la production de cinq usines situées aux USA et au Canada (Ohio, Michigan, Maryland et Oshawa).

GM va par ailleurs arrêter la production de plusieurs modèles actuellement fabriqués sur ces sites, comme la Buick LaCrosse, la Cadillac CT6 ou la Chevrolet Cruze...

15% des effectifs nord-américains concernés

Les mesures concernent 15% des effectifs salariés du constructeur en Amérique du Nord. 14.700 emplois sont menacés, dont 8.100 'cols blancs' ! Le groupe estime que le nombre de cadres diminuera de 25%.

Les mesures devraient coûter entre 3 milliards de dollars et 3,8 milliards de dollars en charges avant imposition, mais améliorer le free cash flow annuel de 6 milliards de dollars d'ici la fin de l'année 2020.

Les opérations du site d'Oshawa seraient abandonnées en 2019. Il en sera de même fin 2019 pour le site d'assemblage de Lordstown, dans le nord-est de l'Ohio, pour celui de Detroit-Hamtramck dans le sud-est du Michigan. Un sort comparable pourrait être réservé aux opérations de Warren dans le Michigan et au site de Baltimore (Maryland). L'usine de Detroit compte 1.500 employés, le site de Lordstown 1.600 et celui d'Oshawa 2.500...

GM pourrait enfin fermer deux usines en dehors de l'Amérique du Nord, mais n'a pas précisé leurs emplacements.

Repositionnement de GM, qui veut devenir plus 'agile'

Dans un contexte de guerre commerciale coûteuse entre les Etats-Unis et la Chine, Mary Barra, patronne de GM, entend ainsi repositionner GM sur les marchés de croissance (voitures autonomes, réseaux d'autopartage ou voitures électriques). Les négociations à venir avec le syndicat industriel United Auto Workers en vue des nouveaux contrats s'annoncent tendues, mais pourraient encore sauver une partie des sites menacés.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com