Cotation du 19/10/2021 à 17h25 FDJ +0,88% 43,350€

FDJ : gagnant-gagnant ?

FDJ : gagnant-gagnant ?
FDJ : gagnant-gagnant ?
Crédit photo © Reuters

+16,41% ! Ce jeudi 21 novembre 2019 en clôture, les débuts boursiers de la Française des Jeux sont tonitruants... Un franc succès, alors même que la société a su séduire plus de 500.000 français lors de son placement sur le marché. L'Etat actionnaire a récolté au passage près de 1,9 milliard d'euros à l'issue de cette privatisation. Une somme qui a fait de l'opération la plus grosse introduction en Bourse de Paris depuis de nombreuses années grâce à un large succès populaire pour le groupe dirigé par Stéphane Pallez, alors aux commandes depuis cinq ans...

Petits porteurs choyés

(Boursier.com) — Fort de cette réussite, la FDJ a opté pour un cours de référence correspondant au haut de la fourchette de prix qui allait de 16,50 à 19,90 euros. Et les petits porteurs ont bénéficié d'une décote de 2% supplémentaires, avec un prix finalement établi à 19,50 euros. Un petit bonus qui est apparu finalement bien dérisoire au regard de la progression spectaculaire du titre au soir de la première séance de bourse ! D'ailleurs, le ton a été donné dès le début de la journée avec un tout premier cours de l'action FDJ s'établissant à 23,10 euros à 9h30 ! Autre cadeau accordé aux actionnaires individuels, décidemment sacrément choyés lors de cette opération : une action gratuite pour 10 détenues, attribuée au printemps dernier uniquement en cas de conservation des actions depuis l'introduction en Bourse, soit pendant 18 mois.

+57%,+17%

Et ils étaient nombreux à les avoir conservées, étant donné le parcours du titre... En effet, l'année 2020, aussi heurtée qu'elle fut sur le plan boursier, déboucha sur une progression de +57,05% pour le titre de la FDJ. Et pour l'année en cours, la valeur affiche déjà près de 17% de progression... Autant dire que les investisseurs individuels, comme les professionnels, ont trouvé leur compte auprès d'une entreprise emblématique, populaire, et surtout proposant un modèle économique facile à comprendre, bénéficiant de revenus sûrs et réguliers.

Il est vrai que l'historique du groupe plaidait déjà en faveur de la FDJ : héritière de la loterie nationale créée en 1933, elle est en outre une des rares entreprises publiques françaises en bonne santé financière. Son nom est aussi très familier pour les Français qui misent, chaque année, plusieurs milliards d'euros dans les jeux à gratter, paris sportifs et autres jeux d'argent et de hasard. Les clefs du succès de la FDJ résident sans doute dans cet affect populaire fort...

Fer de lance

On soulignera que le succès de l'introduction en Bourse de la FDJ a préfiguré le grand retour des introductions en Bourse de Paris et de l'intérêt des français pour le marché boursier. Moins de deux ans après l'IPO de la FDJ, 35 autres sociétés se sont en effet lancées sur le marché boursier tricolore et plus de 400.000 français ont fait leurs premiers pas en Bourse à l'occasion de la crise sanitaire de mars 2020. "La Française des Jeux constitue une bonne accroche" pour le grand retour des particuliers vers la Bourse, "car son activité est facile à comprendre et assez prévisible", ce qui est "important pour réamorcer le lien avec les épargnants", avait d'ailleurs déclaré auprès de l'AFP Stéphane Boujnah, le directeur général et président du directoire d'Euronext, gérant la bourse de Paris, lors de l'IPO de la FDJ.

Plus de foot !

Et depuis sa première cotation, la société n'a pas démérité, elle qui n'avait pas eu besoin de lever d'argent frais lors de l'introduction en Bourse, tous ses développements futurs étant autofinancés... Lors de sa dernière publication, semestrielle, l'EBITDA a atteint 261 millions d'euros, soit un taux de marge de 24,1% et la FDJ prévoit pour l'ensemble de l'exercice 2021, des mises de l'ordre de 18,8 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 2,2 milliards d'euros, avec un taux de marge d'EBITDA supérieur ou égal à 22%!

De façon générale, la société a fait part d'une reprise de ses activités à des niveaux supérieurs à ceux enregistrés avant la crise : le chiffre d'affaires du premier semestre 2021 s'avère ainsi supérieur de 9% à celui correspondant en 2019, tandis que le premier confinement avait entraîné l'arrêt de toutes les compétitions sportives générant des paris et la fermeture de très nombreux points de vente de tickets à gratter. Pour mémoire, la FDJ a subi un impact total proche de 200 millions d'euros sur le chiffre d'affaires du premier semestre 2020 et de 100 millions d'euros sur l'EBITDA, correspondant à une baisse de près de 60 % des mises sur cette période...

Fin de l'idylle ?

Mais comme les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, certains commencent à se poser des questions... Le titre se négocie désormais avec une belle prime par rapport au secteur des jeux, malgré un potentiel de croissance des bénéfices plus faible. Les analystes sont désormais plus partagés sur le dossier puisque selon le consensus 'S&P Global Market Intelligence', il n'y en a plus qu'un seul l''achat', 9 étant à 'conserver' et 2 à 'alléger'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 45,40 euros, soit très proche du niveau actuel de l'action...

Cliquez ici pour tout savoir sur le retour des IPO

Retrouvez le mode d'emploi de l'introduction en bourse !

©2021