Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 22/10/2020 à 17h38 Euronext -2,45% 93,700€

Euronext bondit, négocie la reprise de Borsa Italiana avec le LSE

Euronext bondit, négocie la reprise de Borsa Italiana avec le LSE
Euronext bondit, négocie la reprise de Borsa Italiana avec le LSE
Crédit photo © Benoît Tessier / Reuters

(Boursier.com) — Euronext semble bien partie pour s'offrir Borsa Italiana. L'opérateur boursier européen, en collaboration avec CDP Equity (Cassa Depositi e Prestiti) est entré en pourparlers exclusifs avec le London Stock Exchange pour acquérir la Bourse de Milan, conjointement avec Intesa Sanpaolo. Il n'y a aucune certitude sur le fait que les discussions débouchent sur une transaction, précise Euronext. Ce dernier est notamment en concurrence avec Six et la Deutsche Börse dans cette affaire. Le LSE a mis en vente Borsa Italiana afin d'obtenir le feu vert des autorités européennes à l'acquisition de Refinitiv, fournisseur de données et d'analyses financières, pour 27 milliards de dollars.

Un acteur de premier plan sur les marchés de capitaux d'Europe continentale

Le regroupement proposé de Borsa Italiana et d'Euronext créerait un acteur de premier plan sur les marchés de capitaux d'Europe continentale. Ce projet de transformation permettrait au groupe nouvellement formé de concrétiser l'ambition de poursuivre la construction de l'épine dorsale de l'Union des marchés de capitaux en Europe, tout en soutenant les économies locales.

L'opération potentielle serait financée par un mélange de liquidités disponibles existantes, de nouveaux emprunts et de nouveaux capitaux propres sous la forme d'une augmentation de capital réservée à la CDPE et à Intesa Sanpaolo, et d'une émission de droits réservée aux actionnaires d'Euronext.

L'Italie, par l'intermédiaire de la Borsa Italiana, deviendrait le principal contributeur aux revenus du groupe Euronext élargi. En tant que nouveau pays important dans le modèle fédéral d'Euronext, l'Italie serait représentée au niveau de la gouvernance d'Euronext par des membres italiens, de ses actionnaires de référence, du conseil de surveillance, du conseil d'administration et du collège des régulateurs qui supervisent les activités du groupe Euronext.

CDP Equity et Intesa Sanpaolo au capital ?

Si les discussions aboutissent à la réalisation de l'opération, et dans le cadre du partenariat conclu le 11 septembre 20201, CDP Equity et Intesa Sanpaolo rejoindraient le groupe existant des Actionnaires de référence à long terme d'Euronext par la souscription d'une augmentation de capital réservée, CDPE acquérant une participation conforme à celles détenues par les plus grands actionnaires de référence d'Euronext, et ayant un représentant au Conseil de surveillance d'Euronext.

L'Italie serait bien représentée chez Euronext

Un deuxième candidat italien serait proposé comme membre indépendant du conseil de surveillance et deviendrait le président du groupe fusionné. La Consob serait invitée à rejoindre le Collège des régulateurs d'Euronext, devenant ainsi partie intégrante de la supervision d'Euronext au niveau du groupe, au même titre que les autres régulateurs européens, avec une présidence tournante chaque semestre. La surveillance réglementaire directe de la Borsa Italiana resterait inchangée, ce qui permettrait à la Consob et à la Banca d'Italia de continuer à superviser directement les activités de la Borsa Italiana.

La Borsa Italiana conserverait ses fonctions, sa structure et ses relations actuelles au sein de l'écosystème italien et préserverait son identité et ses atouts italiens. Le PDG italien de la Borsa Italiana rejoindrait le conseil d'administration d'Euronext. Le PDG de MTS rejoindrait le conseil d'administration élargi, aux côtés des autres principaux dirigeants des grandes unités commerciales et des principales fonctions centrales d'Euronext, avec des responsabilités à l'échelle du groupe pour la négociation de titres à revenu fixe.

Le titre grimpe

Le marché semble croire à cette opération eu égard à l'évolution du titre ce matin : +4,8% à 102,8 euros. Jefferies affirme qu'un tel accord représenterait une "logique industrielle convaincante" pour Euronext, en fournissant l'échelle nécessaire et des capacités de produits stratégiquement importants dans la compensation et la négociation électronique d'obligations. L'analyste estime que la transaction serait relutive de 13% sur le bpa d'Euronext d'ici 2022, sur la base du prix évoqué, en supposant un objectif de 40% de réduction des coûts, mais pas de synergies de revenus. Bien qu'il y ait encore des incertitudes quant à la conclusion de l'opération, "nous pensons que l'action offre un ration rendement/risque intéressant".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !