Cotation du 28/01/2022 à 17h35 EDF +0,45% 8,446€

EDF : vendredi noir !

EDF : vendredi noir !
EDF : vendredi noir !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Si ce n'est pas le pire des scénarios, cela y ressemble fortement... Et forcément, le titre EDF en pâtît ce vendredi. En chute de près de 25% à l'ouverture du marché parisien, l'action tente de limiter ses pertes, même si le recul est toujours très marqué, à plus de 15%... Le gouvernement a annoncé un relèvement du volume d'électricité nucléaire vendu à prix réduit par l'électricien national à ses concurrents, afin de limiter la hausse des tarifs réglementés de l'électricité (TRV) à 4% au 1er février. Une mesure qui devrait impacter le résultat opérationnel (Ebitda) 2022 d'EDF d'environ 8,4 milliards d'euros sur la base des prix de marché au 31 décembre 2021 (7,7 milliards au 12 janvier 2022).

En attendant de connaître l'impact final de ces mesures en fonction des prix du marché, le groupe a retiré ses perspectives 2022 sur son Ebitda et son endettement financier net.

Pour ne rien arranger, EDF a revu à la baisse son estimation de production nucléaire pour cette année à 300 - 330 TWh, contre 330 - 360 TWh précédemment. Cette révision résulte du prolongement de la durée d'arrêt de 5 réacteurs du parc nucléaire français d'EDF après la découverte de défauts à proximité de soudures des tuyauteries du circuit d'injection de sécurité (RIS). " L'élaboration du programme de contrôles sur l'ensemble du parc nucléaire se poursuit en intégrant, au fur et à mesure, les enseignements tirés des premières expertises réalisées. L'impact sur les perspectives financières d'EDF est en cours d'analyse ", a précisé EDF.

"C'est le pire des cas", écrivent les analystes de Bernstein. Il y a maintenant deux cas où EDF doit acheter des volumes à des prix élevés, dont l'un est conduit par la politique. Il y a " l'espoir que la raison l'emporte " et qu'on observe un revirement politique une fois que les impacts sur EDF et la situation difficile de l'entreprise, y compris les pannes et la tension du bilan, deviendront apparents. Bernstein note également que l'intervention politique est " diamétralement opposée " aux objectifs à moyen terme du gouvernement français de diriger EDF vers des eaux plus calmes avec un bilan solide pour réaliser des investissements verts et créer une histoire positive autour du nucléaire avant les décisions de construire de nouveaux réacteurs.

Oddo BHF note de son côté que l'impact définitif sur l'EBITDA d'EDF reste très volatil puisqu'il sera fonction de l'évolution des prix de marché. Malheureusement puisqu'EDF est aujourd'hui officiellement acheteur net d'électricité pour des volumes significatifs il est probable que ceux-ci soient sous tension haussière au moins à court terme. Compte tenu de la forte volatilité le groupe s'engage à communiquer régulièrement sur l'évolution de cette estimation. En attendant la guidance de DN/EBITDA d'environ 3x est suspendue sur 2022. L'analyste a ajusté son modèle pour retenir ces deux éléments significatifs sur l'année et à ce stade attend un EBITDA d'environ 10 MdsE en 2022. L'impact sur les cash-flows ainsi que la forte incertitude autour de ces estimations compte tenu de leur sensibilité au prix de marché l'amène à dégrader sa recommandation sur la valeur à 'neutre' avec un objectif de 11 euros.

"Compte tenu des circonstances, EDF est susceptible d'envisager une augmentation de capital ", affirme enfin Vincent Ayral, analyste chez JPMorgan Chase & Co. "Nous recommandons d'éviter le titre pour le moment".

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités EDF

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités