Cotation du 20/10/2021 à 17h35 EDF +1,05% 12,960€

EDF : toujours peu de mouvements

EDF : toujours peu de mouvements
EDF : toujours peu de mouvements
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — EDF campe sur les 10,65 euros ce mercredi, alors que JP Morgan a abaissé son cours cible de 16,5 à 14 euros sur l'électricien après sa récente publication financière. Le groupe a fait état d'une forte progression de l'EBITDA, d'une progression de 10% du portefeuille de projets renouvelables à 66 GW, d'un allongement à 50 ans de la durée d'amortissement des réacteurs 1.300 MW en France et d'un rehaussement des objectifs 2021. La croissance organique de 29,8% de l'EBITDA au premier semestre 2021 (à 10,6 MdsE) par rapport au premier semestre 2020 s'explique essentiellement par une progression de la production nucléaire en France et un climat plus froid dans un contexte de hausse des prix de l'électricité et du gaz. La croissance des activités de raccordement par rapport au premier semestre 2020 contribue également à cette amélioration.

Par ailleurs, l'EBITDA du premier semestre 2021 est également en progression de 26,8% par rapport au premier semestre 2019 qui n'avait pas été affecté par la crise Covid. Cette croissance est principalement portée par l'augmentation des prix de l'électricité et du gaz, ainsi que par l'augmentation du tarif de distribution (TURPE). La très bonne performance de l'activité de trading et la baisse de l'impôt de production contribuent aussi à ce résultat. Le niveau de production nucléaire en France est en recul de 22 TWh entre le premier semestre 2021 et la même période en 2019 du fait de la fermeture de Fessenheim (-7 TWh), de reports d'arrêts dus au Covid (-6,4 TWh) et d'un programme de maintenance chargé dans le cadre du Grand Carénage. La production nucléaire au Royaume-Uni reste affectée par de nombreux arrêts.

Plan en marche

Pour compenser les impacts de la crise sanitaire sur la situation financière, un plan d'économies et de cessions a été lancé mi-2020 avec une cible de 500 millions d'euros de réduction des charges opérationnelles en 2022 par rapport à 2019 et d'environ 3 milliards d'euros de cessions sur la période 2020 à 2022... A la fin juin 2021, 251 millions d'euros de réduction des coûts ont été réalisés. Les cessions d''actifs signées ou réalisées au 29 juillet 2021 ont un effet favorable de 1,2 milliard d'euros environ sur l'endettement financier net et de 1,9 milliard environ sur l'endettement économique.

Le résultat net courant s'élève à 3,74 MdsE à fin juin 2021, en hausse de 2,47 MdsE par rapport au premier semestre 2020. Cette évolution reflète principalement la croissance de l'EBITDA et celle du résultat financier courant, ainsi que de moindres amortissements en lien avec l'allongement de la durée d'amortissement des centrales 1.300 MW. Le résultat net part du Groupe s'élève à 4,172 MdsE à fin juin 2021, en hausse de 4,87 MdsE.
Le cash-flow Groupe s'est établi à -240 millions d'euros à fin juin 2021, en nette progression par rapport à juin 2020 où il s'élevait à -1,829 MdE.

L'endettement financier net ressort à 41 Milliards d'euros, en baisse notamment suite à l'émission de l'obligation sociale hybride de 1,25 milliard d'euros, première émission benchmark de ce type dans le secteur, réalisée en mai 2021 par EDF.
Les objectifs 2021 sont rehaussés et les ambitions 2022 confirmées. L'EBITDA annuel 2021 est attendu supérieur à 17,7 milliards, avec un ratio endettement financier net sur EBITDA de moins de 2,8. Les cessions sur la période 2020-2022 sont attendues voisines de 3 MdsE...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !