Cotation du 28/09/2021 à 12h41 EDF -0,76% 11,080€

EDF rechute, le projet de réorganisation encore et toujours au centre des débats

EDF rechute, le projet de réorganisation encore et toujours au centre des débats
EDF rechute, le projet de réorganisation encore et toujours au centre des débats
Crédit photo © Pool New / EDF

(Boursier.com) — EDF trébuche de 3,6% à 11,7 euros, toujours affecté par des discussions interminables entre Paris et Bruxelles sur le projet de réforme du groupe et de l'énergie nucléaire en France. Jean-Bernard Lévy, le patron d'EDF, a indiqué à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires que "rien ne permet de penser que les discussions avec Bruxelles autour de la refonte du groupe pourront aboutir rapidement... Rien ne permet non plus de penser qu'elles pourraient ne pas aboutir, nous restons suspendus à l'aboutissement de ces discussions".

Des déclarations qui interviennent alors que 'Le Figaro' expliquait fin avrilque Bercy et la Commission européenne ont convenu d'"aller vite" dans leurs discussions sur la réorganisation de l'électricien national, le gouvernement souhaitant mettre en oeuvre la réforme avant l'élection présidentielle de l'année prochaine...

En outre, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, voudrait désormais "se donner du temps" pour travailler au projet de réorganisation d'EDF et aucune décision sur ce dossier ne devrait être prise au cours des prochaines semaines, affirme 'Reuters' en citant des sources syndicales. Ces propos interviennent après une nouvelle série de rencontres entre le ministre et les syndicats, qui rejettent toujours le projet en mettant en garde contre les risques de démantèlement et de début de privatisation d'EDF.

Ce projet global de refonte d'EDF, précédemment nommé "Hercule" mais que Bruno Le Maire ne désigne plus ainsi, passerait par la création d'un ensemble regroupant le parc nucléaire et thermique, qui serait intégralement renationalisé et qui détiendrait lui-même 100% d'une entité dédiée à l'hydroélectricité, dans un système de quasi-régie permettant d'éviter une mise en concurrence des barrages du groupe.

EDF, dont l'Etat détient aujourd'hui 83,7% du capital, créerait aussi une troisième entité regroupant les énergies renouvelables, la distribution, les services et la commercialisation, dont le capital serait ouvert à des actionnaires minoritaires - potentiellement à hauteur de 30% - et qui bénéficierait d'un financement propre.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !