Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 28/02/2020 à 17h39 EDF -3,08% 12,590€
  • EDF - FR0010242511
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

EDF : grimpe avec le projet de réforme des prix du nucléaire

EDF : grimpe avec le projet de réforme des prix du nucléaire
EDF : grimpe avec le projet de réforme des prix du nucléaire
Crédit photo © Pool New / EDF

(Boursier.com) — EDF s'adjuge 5% à 10,7 euros en matinée, soutenu par le projet de réforme du marché du nucléaire en France. Le gouvernement souhaite une nouvelle réglementation qui permettra à l'énergéticien de couvrir les coûts de ses centrales atomiques vieillissantes - qui représentent plus de 70% de la production nationale d'électricité - tout en protégeant les consommateurs d'une forte hausse des prix de l'électricité.

Alors que le système actuel permet aux concurrents d'EDF de lui acheter jusqu'à 100 térawatts-heure (TWh) d'électricité d'origine nucléaire à 42 euros par mégawatt-heure (MWh) pour fournir leurs propres clients, la réforme envisagée supprimerait ce plafond et induirait donc que le groupe vende sur les marchés la quasi-totalité de sa production nucléaire (379,5 TWh au total en 2019). Elle établirait dans le même temps un "corridor", avec des prix plancher et plafond qui restent à déterminer, permettant à la fois d'assurer la couverture des coûts complets du parc nucléaire de l'électricien public - avec une "rémunération raisonnable" des actifs - mais aussi de limiter l'impact sur les consommateurs de la hausse tendancielle des prix de marché.

L'exécutif, qui veut mettre en place le nouveau système au plus tôt, compte faire valoir auprès de la Commission européenne que la réforme envisagée permettrait d'assurer "un service d'intérêt économique général" dans la mesure où les objectifs poursuivis "ne peuvent être remplis spontanément par le marché". EDF critique vivement la régulation actuelle, dite de l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire), votée en 2010 et s'achevant fin 2025, en dénonçant un prix de vente trop bas qui constitue selon lui une forme de subvention pour ses concurrents, tels que Total Direct Energie, Engie ou Eni, et ne permet pas de financer les investissements dans le parc nucléaire.

L'entreprise souligne que la réforme de la régulation est une condition sine qua non à sa propre restructuration, dont la présentation est envisagée courant 2020. Ce projet nommé "Hercule" vise à séparer, d'une part, les activités nucléaires, hydrauliques et le transport d'électricité et, d'autre part, les énergies renouvelables, le commerce et le réseau de distribution Enedis notamment.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com