Cotation du 19/05/2022 à 11h31 EDF -0,86% 8,296€

EDF : encore du rouge

EDF : encore du rouge
EDF : encore du rouge
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Dans le rouge pour la huitième séance consécutive, EDF cède 0,6% à 9,97 euros en cette fin de semaine après avoir décroché de 15,5% jeudi. L'électricien a lancé un avertissement sur ses résultats, conséquence d'une prolongation de l'arrêt des réacteurs de ses centrales de Civaux et de l'arrêt de ceux de la centrale de Chooz. La société a détecté des défauts à proximité de circuits de refroidissement de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne), ce qui va contraindre le groupe à prolonger son arrêt pour réaliser des travaux et à interrompre la production de la centrale de Chooz (Ardennes), équipée du même type de réacteurs.

Les premières expertises pour déterminer le problème détecté sur des tuyauteries de la centrale nucléaire de Civaux ont mis en évidence la présence de fissures liées à un phénomène de corrosion, selon une note d'information de l'Autorité de sûreté nucléaire. "EDF poursuit ses investigations afin de caractériser les facteurs à l'origine de ce phénomène et d'identifier les zones possiblement concernées", a précisé l'ASN, qui juge en outre "appropriée" la décision du groupe d'arrêter la centrale de Chooz.

Cette décision entraîne pour EDF une perte de production d'environ 1 térawatts-heure (TWh) sur la fin de 2021 et le conduit à revoir son estimation d'Ebitda, aux prix de marché actuels, dans une fourchette comprise entre 17,5 et 18 milliards d'euros, alors qu'il tablait précédemment sur un chiffre supérieur à 17,7 MdsE. Le consensus était lui positionné à 18,4 MdsE. Aucune indication n'a été fournie pour 2022.

Prenant acte de ces annonces, Oddo BHF abaisse le curseur de 15,5 à 14 euros mais reste 'surperformer' sur le titre. Bien évidemment, dans l'état actuel d'incertitude qui plane sur les sujets politiques, la disponibilité industrielle des centrales en 2022 et le niveau des prix de marché de l'électricité, le courtier maintient son exigence de WACC sur les actifs nucléaires à des niveaux plus élevés que dans les périodes plus calmes. A court terme les risques de déception semblent plus élevés que les risques de bonne surprise, en revanche, cela ne remet pas en cause l'Investment case favorable d'EDF à plus long terme, souligne l'analyste.

©2021-2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités EDF

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités