Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 23/10/2019 à 14h12 EDF -0,22% 9,164€
  • EDF - FR0010242511
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

EDF de retour sur les 11 euros

EDF de retour sur les 11 euros
EDF de retour sur les 11 euros
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — EDF recule de 1% de retour sur les 11 euros ce vendredi dans un marché déprimé par les nouvelles sanctions commerciales américaines visant la Chine. Le dossier a aussi été sanctionné par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). L'autorité a en effet condamné l'électricien à verser 1,8 million d'euros en raison de nombreux retards de paiement vis-à-vis de ses fournisseurs. Il s'agit de la sanction la plus élevée jamais prononcée par la DGCCRF pour un tel motif... "Le contrôle effectué par la DGCCRF en 2017 a révélé que plus de 13.000 factures avaient été payées en retard, soit plus de 10% des factures réglées par EDF. Cela représente un montant supérieur à 38 millions d'euros de rétention de trésorerie, qui a fait défaut à près de 3.500 fournisseurs d'EDF".
Côté brokers, Jefferies reste à l'achat sur le dossier mais avec un cours cible ramené de 16,50 à 15 euros.

EDF avait auparavant dévoilé des résultats intermédiaires globalement conformes aux attentes des analystes et réitère ses objectifs 2019. Sur les 6 premiers mois de l'exercice, l'énergéticien a enregistré un résultat net part du Groupe de 2,498 milliards d'euros, en hausse de 44,7%, notamment grâce au résultat financier dégagé, pour un chiffre d'affaires de 36,47 MdsE (+4,3% ; +3,7% en organique).
L'EBITDA est ressorti stable par rapport au premier semestre 2018 à 8,35 MdsE (+3,5% en publié). Il bénéficie de conditions de marché favorables en France et d'une très forte performance d'EDF trading. En revanche, il a été pénalisé par l'impact de l'évolution défavorable des indexations du TURPE 5 et par la hausse des charges de péréquation sur le segment des activités régulées en France et par la détérioration des conditions au Royaume-Uni (introduction du plafonnement des prix SVT, suspension des revenus de capacité et recul de la production nucléaire).
Le cash-flow généré par les opérations s'établit à 2,505 MdsE, en baisse de 1,182 MdE en raison notamment d'une augmentation des investissements et d'une contribution plus faible de la variation du besoin en fonds de roulement...

Concernant la guidance annuelle, EDF a confirmé viser en 2019 un Ebitda compris entre 16,0 et 16,7 MdsE tout en réduisant ses charges opérationnelles d'environ 1,1 MdE par rapport à 2015 alors que le cash-flow est attendu supérieur à 600 ME, hors projet d'EPR britannique d'Hinkley Point et coûts liés au compteur communicant Linky. La firme n'envisage par ailleurs pas de pouvoir mettre en service le réacteur nucléaire EPR de Flamanville avant fin 2022, soit avec trois ans de retard au moins.

Pour 2019-2020, EDF a réaffirmé que ses investissements nets totaux devraient atteindre environ 15 milliards d'euros par an, sous réserve des évolutions du planning et du coût de Flamanville, et maintient son objectif de céder pour 2 à 3 MdsE d'actifs.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com