»
»
»
»
Consultation
Cotation du 25/03/2019 à 17h35 Econocom Group -0,11% 3,574€

Econocom : le résultat net est impacté par la baisse du ROC et des charges non-récurrentes

Econocom : le résultat net est impacté par la baisse du ROC et des charges non-récurrentes
Econocom : le résultat net est impacté par la baisse du ROC et des charges non-récurrentes
Crédit photo © Inea

(Boursier.com) — Le chiffre d'affaires consolidé du groupe Econocom ressort à 2,846 milliards d'euros en 2018 (2,634 MdsE en 2017), soit une hausse de 8%. La croissance organique atteint +2,7% sur l'année, sur une base de comparaison élevée (croissance organique de +11,2% en 2017). Cette nouvelle progression du chiffre d'affaires est portée par la vague du digital et par le modèle original du groupe.

Le résultat opérationnel courant (ROC) atteint 114,6 ME (154,4 ME en 2017). Cette évolution est essentiellement liée à l'activité Technology Management & Financing. Le taux de marge opérationnelle s'établit à 4%.

Le résultat net, part du groupe s'élève à 39,4 ME, en baisse de -54,4% par rapport à 2017. Le résultat net est impacté par la baisse du ROC, par des charges non-récurrentes de 28,6 ME liées notamment aux efforts de réduction des coûts et de transformation des services, et par la hausse des frais financiers (émission de l'OCEANE 2023 en mars 2018).
Hors éléments non récurrents et avant amortissement des actifs incorporels d'acquisition, le résultat net récurrent part du groupe s'élève à 61,8 ME en baisse de 34,8%.
Le résultat net récurrent par action, part du groupe ressort ainsi à 0,26 euro.

Rémunération des actionnaires

Le Conseil d'Administration proposera à la prochaine Assemblée Générale d'effectuer un remboursement de prime d'émission de 0,12 euro par action. Cette rémunération est stable par rapport à 2017 dans une année de baisse du résultat net, et en progression de 20% sur 2 ans. Elle témoigne de la confiance de la Direction dans les perspectives du groupe et dans sa capacité de génération de trésorerie.

Fidèle à sa politique de retour aux actionnaires et attentif à gérer la dilution, le groupe a par ailleurs poursuivi son programme de rachat d'actions. Au 31 décembre 2018, il détenait 13,9 millions d'actions propres (soit 5,7% de son capital).

Bonne génération de trésorerie, dette nette en baisse

Le groupe a généré un flux de trésorerie libre (free cash-flow) de 69 ME en 2018, soit 60% du résultat opérationnel courant. Cette bonne performance est due notamment à la stricte discipline du groupe sur les postes clients, les stocks et le refinancement des dossiers de location qui a permis de réduire de 89 ME le besoin en fonds de roulement, hors investissements dans EDFL.

Le montant investi dans la société de refinancement interne EDFL a été contenu à 39 ME (56 ME en 2017) dont une réduction de l'exposition de 14 ME au 2e semestre 2018. Le portefeuille de créances d'actifs mis en location et porté au bilan du groupe s'élevait à fin 2018 à 246 ME, soit environ 8% du portefeuille total de location du groupe (2,9 MdsE d'encours).

La dette nette comptable s'établit à 251,7 ME, en diminution de 27 ME. Son niveau est contenu à 1,6 fois l'Ebitda 2018 avec un 'gearing' en baisse à 51,2% (58,1% fin 2017). Le groupe a émis en mars 2018 une Oceane d'un montant nominal de 200 ME et à échéance 2023, renforçant encore le caractère désintermédié de son endettement.

Perspectives

La Direction du groupe n'anticipe pas de changements significatifs liés à l'application prospective d'IFRS 16 sur l'activité TMF en tant que bailleur. Dans le cas de certains contrats de 'sale & lease-backs' (actifs rachetés au client pour être remis en location), le groupe reconnaîtra en produit la seule marge brute du contrat. Celle-ci sera en outre étalée sur la durée du contrat dans le cas où celui-ci est autoporté. L'impact négatif attendu en 2019 est estimé à moins de 100 ME sur le chiffre d'affaires et à environ 3 ME sur le ROC.

Le groupe ambitionne de réaliser sur l'ensemble de l'année 2019 un Résultat Opérationnel Courant de 128 ME à périmètre constant (tenant compte de l'impact négatif sur le ROC de l'activité TMF de l'application des nouvelles normes IFRS 16).

Le groupe met actuellement en oeuvre un nouveau plan d'économie d'une vingtaine de millions d'euros sur l'ensemble de sa structure de coûts.

Par ailleurs, Econocom a prévu d'investir dans le développement de sa force commerciale, de lancer de nouveaux projets de croissance et de poursuivre sa politique d'acquisitions ciblées dans les secteurs considérés comme stratégiques tout en maintenant sa discipline sur la génération de trésorerie.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com