Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 03/08/2020 à 17h35 ECA +3,18% 22,700€
  • ECASA - FR0010099515
  •   SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Eca Group publie des comptes semestriels en forte hausse

Eca Group publie des comptes semestriels en forte hausse
Eca Group publie des comptes semestriels en forte hausse
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Pour le premier semestre 2019, le chiffre d'affaires consolidé d'ECA Group s'établit à 57,1 millions d'euros, en nette hausse de 13,3%. A périmètre comparable, hors contribution des filiales SSI et EN Moteurs cédées en 2018, la hausse est de 13,9%. Cette accélération repose sur la performance remarquable des pôles Robotique et Aérospatial qui bénéficient du dynamisme commercial enregistré depuis le début de l'exercice.
Au 30 juin 2019, le carnet de commandes du groupe atteint le niveau historique de 545,5 millions d'euros, multiplié par 5,5 par rapport au 30 juin 2018, il apporte une visibilité exceptionnelle pour les prochaines années.

L'EBITDA progresse de 85,4% et atteint 9,9 millions d'euros. La marge d'EBITDA croît de 10,6% au premier semestre 2018 à 17,3% au premier semestre 2019. Elle traduit l'excellente progression dans le pôle Robotique, un retour à une meilleure profitabilité du pôle Aérospatial et l'application de la norme IFRS 16 - Contrats de location pour 1,1 million d'euros.
Le résultat opérationnel courant du premier semestre 2019 est en nette hausse de 157,2%, il s'établit à 4,2 millions d'euros.

Après des éléments non courants de 0,4 million d'euros liés essentiellement à des coûts de restructurations dans les pôles Aérospatial et Simulation pour 0,3 million d'euros et des amortissements des incorporels reconnus à la juste valeur lors des acquisitions pour 0,1 million d'euros, le résultat opérationnel s'établit en hausse de 322,9% à 3,8 millions d'euros. La marge opérationnelle ressort à 6,6%, en nette hausse par rapport au premier semestre 2018.
Les charges et produits financiers contribuent favorablement au résultat pour 0,2 million d'euros grâce à des intérêts moratoires perçus dans le cadre de remboursement de créances de crédit d'impôt recherche.

Le résultat net part du groupe s'élève pour sa part à 3,2 millions d'euros, en croissance de 208,6%.
L'impact de la première application de la norme IFRS 16 - Contrats de location s'élève à 1,1 million d'euros sur l'EBITDA mais est négligeable sur le résultat opérationnel et le résultat net (moins de 0,1 million d'euros).

Compte tenu du bon niveau d'activité, l'EBITDA du pôle ressort en hausse de 130,7% à 9,3 millions d'euros, soit une marge d'EBITDA de 26%, contre 14,6% à la même période de l'année précédente. Le résultat opérationnel du pôle est multiplié par plus de 5 à 5,1 millions d'euros ce semestre, contre 0,9 million d'euros au premier semestre 2018. Le résultat du pôle bénéficie de 1 million d'euros de mise à la juste valeur de la participation dans WANDERCRAFT.

Le carnet de commandes du pôle s'établit à 517,5 millions d'euros au 30 juin 2019, multiplié par plus de 7 par rapport au 30 juin 2018. Il inclut la commande majeure auprès des marines belge et néerlandaise pour douze navires de chasse aux mines et offre une visibilité exceptionnelle pour les prochaines années.

Le chiffre d'affaires du pôle Aérospatial ressort en hausse de 11,2% au premier semestre 2019. Cette performance remarquable est liée au bon niveau de commandes enregistré depuis le début de l'exercice, la montée en cadence des Ground Support Equipment et un effet de base favorable.
La marge d'EBITDA du pôle s'établit à 5,9% ce semestre, contre 1,9% au premier semestre 2018. Le pôle affiche une nette amélioration de sa rentabilité avec la montée en cadence des projets malgré la perturbation engendrée ce semestre par le déménagement de l'ensemble des activités toulousaines du pôle sur un site commun. Le résultat opérationnel est de -0,4 million d'euros, contre -0,5 million d'euros au premier semestre 2018, impacté par des coûts de restructuration liés au déménagement pour un montant de 0,3 million d'euros.
Le carnet de commandes ressort à 26,2 millions d'euros, en hausse de 12,8% par rapport au 30 juin 2018.

Le chiffre d'affaires du pôle Simulation s'établit à 2,6 millions d'euros au premier semestre, contre 5,6 millions d'euros au premier semestre 2018, pénalisé par l'achèvement du contrat pour les simulateurs de conduite militaire. La Simulation représente moins de 5% du chiffre d'affaires du groupe.
L'EBITDA du pôle ressort en baisse à -1,5 million d'euros, impacté par une sous-charge ponctuelle de l'activité. Le résultat opérationnel s'établit à -1,0 million s'euros comparé à 0,6 million d'euros au premier semestre 2018.
Le carnet de commandes est de 1,7 million d'euros au 30 juin 2019.

Situation financière

Le flux de trésorerie opérationnelle du semestre s'élève à 4,5 millions d'euros. La capacité d'autofinancement enregistre une amélioration de 4,9 millions d'euros par rapport à 2018 (dont 1,1 million du fait de l'application d'IFRS 16), en revanche le besoin en fonds de roulement progresse de 2,1 millions d'euros sur la période.

Au 30 juin 2019, la dette nette (hors dette de loyers résultant de l'application de la norme IFRS 16 et y compris la valeur de l'autocontrôle) s'élève à 9,7 millions d'euros, contre 12,8 millions d'euros au 1er janvier 2019.

Perspectives 2019

Pour 2019, le groupe confirme que son objectif d'une croissance du chiffre d'affaires supérieure à 5% devrait être nettement dépassé.
Dans le pôle Aérospatial, le bon niveau du carnet de commandes permet d'anticiper une performance solide au second semestre. La dynamique commerciale reste favorable notamment dans le secteur des Automated Guided Vehicles, déclinaison du savoir faire du groupe dans les drones et véhicules terrestres, ces nouveaux développements suscitent des marques d'intérêt importantes notamment dans le secteur aéronautique. ECA Group anticipe un potentiel significatif pour cette activité à moyen terme.
Le groupe attend des appels d'offres significatifs dans le pôle Simulation qui devraient contribuer au redressement de l'activité.
Enfin, dans la Robotique, la performance devrait continuer d'être de très bon niveau, portée par l'exécution du contrat belgo-néerlandais pour la fourniture de 12 navires de chasse aux mines. De nouvelles opportunités de contrats de chasse aux mines sont d'ores et déjà identifiées dans plusieurs pays.

©2019-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !