Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 18/07/2019 à 11h30 Devernois 0,00% 59,500€
  • ALDEV - FR0000060840
  •   SRD
  • PEA
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Devernois : quel impact de la crise COVID-19 ?

Devernois : quel impact de la crise COVID-19 ?
Devernois : quel impact de la crise COVID-19 ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Depuis la fin de l'année 2018, le groupe Devernois met en oeuvre un plan de transformation et de développement de ses activités. Il est bâti autour de deux ambitions... D'une part, il s'agit pour le groupe de proposer, dans les boutiques et sur Internet, des collections centrées sur les promesses de la marque Devernois. D'autre part, il s'agit de restructurer le réseau en Europe afin de commercialiser les collections exclusives dans les boutiques des meilleurs emplacements de coeurs de villes. Les boutiques, qui sont structurellement déficitaires, sont cédées ou fermées.

Ce plan de transformation a été déployé massivement en 2019. Le groupe avait prévu de confirmer ses objectifs de retour à la profitabilité opérationnelle sur l'année 2020. Cependant, la crise sanitaire liée au virus COVID-19 a fortement impacté Devernois. L'ensemble des filiales de distribution a subi un arrêt brutal d'activité à partir de la mi-mars, du fait de la fermeture administrative de l'ensemble des points de vente en Europe. Au niveau du réseau de magasins multimarques, nous nous attendons à une augmentation du volume de retours de la collection été 2020 de la part de nos clients, ce qui va pénaliser notre chiffre d'affaires de vente en gros, fait savoir Devernois.

Quelles adaptations face à la crise ?

Devernois a adopté un certain nombre d'actions défensives afin de limiter les impacts de la crise sur le groupe. Devernois a mis en chômage partiel 60% de ses effectifs, notamment toutes les fonctions administratives n'étant pas en lien avec la production, et la gestion de l'activité Web au niveau de Devernois SA. Il en va de même pour la quasi-totalité des effectifs des filiales de distribution.

Devernois a demandé un report des échéances du plan CCSF (Commission des Chefs de Services Financiers qui a accordé au groupe un moratoire de paiement de 3 mois de la TVA et des charges patronales Urssaf en 2018 pour une durée de 24 mois).

Devernois travaille également avec les bailleurs sur l'annulation ou l'étalement des loyers, et tente de décaler le paiement des charges sociales de mars à avril. Le groupe a demandé le remboursement auprès de l'Etat des crédits d'impôts collections 2016 et 2019. Il révise les plans d'achats de la collection d'hiver, et renforce la communication sur son site Web.

Quelles conséquences financières ?

Avec la crise, Devernois revoit ses différents postes de dépréciations au titre de l'exercice 2020...
-Dépréciation des comptes clients : Ce poste ne sera concerné que par les magasins multimarques qui ne survivront pas à la crise sanitaire. Devernois table sur un triplement de ce poste en 2020, avec une dotation aux provisions de l'ordre de 150 kE (59 kE en 2019).
-Dépréciation des immobilisations corporelles et incorporelles : Il n'y aura pas d'impact significatif de la crise sanitaire sur ces postes en 2020.
-Dépréciation des participations : Les participations de l'entreprise ont déjà été dépréciées en quasi-totalité à fin 2019. Il n'y aura pas d'impact significatif sur 2020.
-Dépréciation des stocks : La dépréciation des stocks de la collection été 2020 n'aura lieu qu'en 2021. Il n'y aura pas d'impact de dépréciation sur 2020. Par contre, Devernois anticipe un stock en augmentation de 50.000 pièces, soit 1,3 ME en 2020.
-Chiffre d'affaires : La perte sur le réseau de magasins ainsi que sur le réseau multimarques peut être estimée à 4,8 ME pour l'exercice 2020.
- Résultat d'exploitation : Les effets de la crise sur le chiffre d'affaires auront un impact de 3 ME sur le résultat d'exploitation, ce qui décalera le retour à la profitabilité à 2021.

Négociation d'un PGE

Devernois ayant besoin d'un financement complémentaire de 3,6 ME, le groupe a négocié avec ses partenaires bancaires et BPI l'obtention de prêts dans le cadre d'un PGE de 2,8 ME. Le reste des besoins est couvert par l'actionnaire majoritaire. Le protocole de financement de ces prêts a été homologué par le Tribunal de Commerce de Roanne, le 17 juin.

Désormais, la société dispose de moyens financiers suffisants pour faire face à la crise sanitaire, et reprendre sa croissance et ses parts de marchés.

Il est rappelé qu'à la clôture de l'exercice 2019, la dette de Devernois se montait à 16,18 ME, dont 5,94 ME de dette à échéance de 1 à 5 ans.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !