Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 21/11/2019 à 17h39 EDF 0,00% 9,246€
  • EDF - FR0010242511
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Des salariés-actionnaires d'EDF ne veulent pas d'Hinkley Point (précisions)

Des salariés-actionnaires d'EDF ne veulent pas d'Hinkley Point (précisions)
Des salariés-actionnaires d'EDF ne veulent pas d'Hinkley Point (précisions)
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Cette version a été amendée pour préciser que l'exercice des droits de vote attachés à la part de 1,72% du capital détenue par le FCPE EDF est exercé par son conseil de surveillance et non par l'association EAS.

Des salariés-actionnaires d'EDF s'inquiètent de l'impact du projet nucléaire britannique d'Hinkley Point. EDF Actionnariat Salarié a demandé au groupe d'abandonner le projet, dont les risques financiers sont trop importants et qui pourrait menacer la survie d'EDF. L'association se positionne alors que le groupe n'a pas encore pris la décision finale d'investissement, même si plusieurs jalons importants ont été posés, notamment concernant la sécurisation des tarifs avec le gouvernement britannique et l'appui du chinois CGN, qui doit entrer au capital du projet.

Le conseil de surveillance du FPCE EDF, à la tête de 1,72% du capital, a précisé à www.boursier.com que l'association EAS ne représente pas tous les actionnaires de l'énergéticien et s'exprime par conséquent pour le compte de ses seuls adhérents. C'est d'ailleurs ce conseil de surveillance qui exerce les droits de vote attachés au titre du FCPE, alors que nous avions initialement fait par erreur l'amalgame entre EAS et l'exercice de ces droits.

Des projets en veux-tu, en voilà

Hinkley Point est un chantier majeur pour l'énergéticien, qui n'en manque pas actuellement, et c'est un peu ce qui inquiète certains observateurs. Outre ce projet qui relancera le nucléaire outre-Manche, EDF est en train de négocier la reprise d'Areva NP, l'activité réacteur d'Areva, et planche sur l'énorme tâche qui l'attend en France sur son parc nucléaire, entre extension de la durée de vie, démantèlement et construction de nouveaux réacteurs.

Les projets nucléaires britanniques sont stratégiquement capitaux pour le groupe français, puisque ce marché constitue actuellement son plus gros débouché à l'international. Ils font d'ailleurs couler beaucoup d'encre outre-Manche. La prise de position des salariés-actionnaires français a même eu les faveurs du 'Telegraph', même si la publication britannique s'est contentée d'une reprise des commentaires de l'association.

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com