»
»
»
»
Consultation
Cotation du 16/07/2019 à 22h15 Raytheon +1,08% 180,060$
  • RTN - US7551115071
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Défense : Pershing Square et Trump plombent la fusion UTC-Raytheon

Défense : Pershing Square et Trump plombent la fusion UTC-Raytheon
Défense : Pershing Square et Trump plombent la fusion UTC-Raytheon
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — C'est la plus importante fusion jamais annoncée aux Etats-Unis dans le secteur de l'aéronautique et de la défense. Le mariage entre égaux de Raytheon et du conglomérat United Technologies, annoncé ce lundi, créerait le numéro 2 mondial du secteur, mais il pourrait cependant entraîner des problèmes de concurrence, a estimé Donald Trump.

Ces réserves exprimées par le président américain ont pesé mardi sur les cours de Bourse des deux groupes : l'action Raytheon a fini en baisse de 5,1% en clôture de Wall Street, tandis que le titre de United Technologies a chuté de 3,9%.

Par ailleurs, après la clôture, la presse américaine a affirmé que le fonds Pershing Square, qui possède environ 2% d'UTC, était opposé à l'opération de rapprochement, dont il estime qu'elle sous-évalue UTC et dilue ses actionnaires. Ces derniers mois, Bill Ackman, le patron du fonds, s'était déclaré publiquement favorable à une scission du groupe en trois entités rentables, qui aurait selon lui mieux valorisé le groupe.

De son côté, Donald Trump a déclaré lundi à la chaîne américaine 'CNBC', que la fusion nuirait à la concurrence et compliquerait la tâche du gouvernement américain dans la négociation de contrats de défense. "Je veux m'assurer que nous ne faisons pas de mal à la concurrence", a-t-il ajouté, en se disant "un peu inquiet".

Activités complémentaires dans le civil et le militaire

Raytheon et UTC ont présenté leur fusion comme une opération très complémentaire : United Technologies fournit principalement des équipements électroniques aux constructeurs aéronautiques civils, tandis que Raytheon fournit au gouvernement américain des équipements destinés aux avions militaires ainsi que des systèmes de missiles (Tomahawk et Patriot).

L'accord permet à Raytheon de se diversifier dans le civil et d'être moins subordonné aux aléas de la commande publique. Pour UTC, la fusion réduira son exposition à l'aéronautique civile, qui pourrait pâtir des tensions commerciales internationales actuelles et de la montée du protectionnisme.

Les deux groupes ont expliqué qu'ils ne s'attendaient pas à voir leur fusion bloquée par les autorités antitrust, leurs activités étant presque totalement complémentaires. Seul 1% de leurs chiffres d'affaires se chevauche sur 74 Mds$ de ventes combinées prévues cette année. "Il n'y a rien d'anticoncurrentiel" dans cette fusion, a affirmé Gregory Hayes, le PDG de United Technologies interrogé sur 'CNBC'.

Synergies de coûts estimées à 1 Mds$

Le nouvel ensemble, baptisé Raytheon Technologies Corporation, afficherait des revenus globaux estimés à environ 74 Mds$, ce qui le placera derrière Boeing (81 Mds$ de chiffre d'affaires en 2018), au coude à coude avec Airbus (63,7 MdsE, soit 72 Mds$ de chiffre d'affaires en 2018), mais devant Lockheed Martin (-0,7%, 47 Mds$ en 2018)

A l'issue de la fusion, les actionnaires d'United Technologies détiendront environ 57% du nouveau groupe, le solde étant entre les mains de ceux de Raytheon. La fusion devrait être finalisée au cours du premier semestre 2020.

La société issue du regroupement prévoit de retourner entre 18 et 20 milliards de dollars de capital aux actionnaires au cours des 36 premiers mois suivant la réalisation de la fusion. En outre, d'ici à la quatrième année suivant la clôture de l'opération, la nouvelle entité entrevoit de réaliser des synergies de coûts annuelles brutes de plus d'un milliard de dollars.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com