»
»
»
»
Consultation
Cotation du 15/02/2019 à 17h35 Coil (ex-United Anodisers) +0,13% 7,450€

Coil poursuit sa dégringolade

Coil poursuit sa dégringolade
Coil poursuit sa dégringolade
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après avoir dévissé de plus de 12% vendredi, Coil subit encore des dégagements en ce début de semaine avec un cours de bourse qui recule de 8,6% à 13,76 euros en matinée, dans un volume relativement modeste. L'onde de choc de la publication intermédiaire au 30 juin 2018 continue de plomber l'ambiance sur cette cyclique, d'autant que le contexte macroéconomique est de plus en plus anxiogène pour les produits de base, guerre commerciale oblige.

Amélioration au T2

Pour mémoire, le producteur d'aluminium anodisé a enregistré des revenus de 12,1 ME au premier semestre, en repli de 15,5% par rapport au premier semestre 2017. Les ventes de services d'anodisation (11 ME au 30 juin 2018) sont en retrait de 13,7% par rapport au premier semestre 2017, mais ressortent stables au second trimestre 2018. La volatilité du prix de l'aluminium a également eu un effet à court terme sur les activités 'Projets'. Les ventes d'offres packagées (anodisation métal inclus) s'élèvent à 1,1 ME, en diminution par rapport à un premier semestre 2017 élevé. Le deuxième trimestre montre néanmoins une forte reprise du niveau des demandes de réalisation.

Effet déstockage

Selon le groupe, la volatilité importante des prix a un effet sur la rentabilité des utilisateurs industriels de l'aluminium et influence significativement leurs stratégies d'achat et de couverture à court terme, en particulier celles des distributeurs de métaux. "Cette situation s'est traduite au premier semestre 2018 par un mouvement de déstockage, principalement concentré au premier trimestre, les distributeurs étant conduits à reconstituer leurs stocks depuis le deuxième trimestre compte tenu d'une demande sous-jacente d'anodisation continue favorablement orientée", a détaillé Coil.

Dégradation de broker

Du côté des analystes, Portzamparc est passé de "conserver" à "alléger" en revoyant à la baisse sa "fair value" (de 17,7 à 15,5 euros) au motif que le groupe a peu de chances d'atteindre ses objectifs 2018, malgré la normalisation attendue au deuxième semestre.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com