»
»
»
»
Consultation
Cotation du 25/09/2018 à 17h35 Fnac Darty -2,61% 68,950€
  • FNAC - FR0011476928
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Acheter
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Bryan Garnier préfère Fnac Darty à son actionnaire Ceconomy

Bryan Garnier préfère Fnac Darty à son actionnaire Ceconomy
Bryan Garnier préfère Fnac Darty à son actionnaire Ceconomy
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Bryan Garnier vient d'initier la couverture de Ceconomy, un titre qui possède toutes les caractéristiques d'une valeur de recovery, selon le bureau d'analyses, mais dont le redressement devrait mettre du temps à se matérialiser. Le broker est à "neutre sur la maison mère de Media Markt et Saturn - et par ailleurs premier actionnaire de Fnac Darty - en visant 10,40 euros, alors que "2018 a mal démarré (pour le groupe allemand)".

Année de transition

Bryan Garnier pense en effet que le management de Ceconomy a encore beaucoup de pain sur la planche pour rationaliser les coûts et recentrer le dispositif géographique, tandis que le retard pris sur les ventes au premier trimestre suite à un Black Friday mal négocié continuera de peser sur les performances des prochains trimestres. Le bureau de recherche s'attend à une croissance de seulement 0,8% sur cet exercice 2018, accompagnée d'une légère amélioration de la marge opérationnelle (+10 poins de base).

Fnac Darty en ordre de marche

Si une belle histoire potentielle de transformation est identifiée sur Ceconomy, en phase avec la stratégie de redéploiement vers le e-commerce et les services, Bryan Garnier pense cependant qu'il est préférable de miser dans l'immédiat sur Fnac Darty, dossier qu'il conseille à l'achat avec 108 euros dans le viseur. Selon cet expert, l'agitateur culturel bénéficie d'un business model plus pertinent que Ceconomy et de perspectives de partenariats intéressantes.

Vents contraires

Quant au groupe allemand, l'ampleur des incertitudes à court terme (guidance menacée, augmentation de capital à venir, risque de sortie du Dax, manque de visibilité sur la Suède, conflit d'actionnariat avec la famille Kellerhals) invite à la prudence malgré un potentiel de revalorisation certain...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com