»
»
»
»
Consultation
Cotation du 18/02/2016 AVAGO TECHNOLOGIES 0,00% 133,710$
  • AVGO - SG9999006241
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Broadcom plie devant Trump et abandonne son OPA de 117 Mds$ sur Qualcomm

Broadcom plie devant Trump et abandonne son OPA de 117 Mds$ sur Qualcomm
Broadcom plie devant Trump et abandonne son OPA de 117 Mds$ sur Qualcomm
Crédit photo © Reuters / Mike Blake

(Boursier.com) — Broadcom a officiellement abandonné ce mercredi son offre de 117 milliards de dollars pour l'acquisition de Qualcomm ! Broadcom a donc plié devant l'opposition de Donald Trump, qui avait bloqué le 'deal', évoquant des motifs de sécurité nationale. L'opération aurait constitué la plus importante acquisition technologique de l'histoire. Broadcom avait initialement contesté la décision de la Maison Blanche, mais semble finalement se résoudre à la 'défaite', avec ce retrait formel, après avoir mené pourtant une lutte agressive ces derniers mois pour conclure la transaction. Broadcom retire également ses propositions de nominations au conseil d'administration de Qualcomm.

Le groupe singapourien se dit évidemment déçu de l'issue de cette affaire, et maintient quoi qu'il en soit son projet de 'relocalisation' de son siège social aux États-Unis. Une assemblée extraordinaire des actionnaires est attendue le 23 mars.

Donald Trump avait signé lundi soir un décret interdisant le rapprochement entre le fabricant américain de puces et Broadcom, basé à Singapour. Trump disait alors disposer de "preuves crédibles" que l'opération éventuelle puisse nuire à la sécurité des USA...

Le Comité des investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS), qui examine les investissements susceptibles d'avoir des implications en termes de sécurité nationale, enquêtait sur l'opération depuis plusieurs semaines. Il avait indiqué le 5 mars dernier s'inquiéter de voir Broadcom couper les vivres à Qualcomm en matière de recherche et développement, tout en citant les risques associés aux relations de Broadcom avec des "entités étrangères". Un responsable de l'administration Trump a expliqué que le décret présidentiel était la conséquence directe d'un calcul montrant que le rôle de premier plan des Etats-Unis dans la mise au point de technologies et la définition des normes pour la prochaine génération de communications mobiles allait être repris par la Chine en cas de rachat de Qualcomm par Broadcom.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com