Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 26/05/2020 à 22h15 Taiwan Semiconductor +2,05% 50,820$
  • TSM - US8740391003
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Bourse : les semi-conducteurs plombés par les nouvelles mesures anti-Huawei

Bourse : les semi-conducteurs plombés par les nouvelles mesures anti-Huawei
Bourse : les semi-conducteurs plombés par les nouvelles mesures anti-Huawei
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le secteur des semi-conducteurs a été malmené vendredi à Wall Street après de nouvelles mesures prises par l'administration Trump pour empêcher le géant chinois des télécoms Huawei d'acheter des composants contenant de la technologie américaine.

L'indice SOX de Philadelphie, qui reflète l'évolution du secteur, a cédé 2,2% à la clôture, plombé notamment par les titres Lam Research (-6,4%), Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC, -4,4%), Qualcomm (-5,1%), Qorvo (-4,1%), Applied Materials (-4,4%) et Micron Technology (-2,8%).

Huawei accusé d'avoir contourné les restrictions de 2019

Le département du Commerce a donc annoncé vendredi des mesures visant à restreindre les livraisons de semi-conducteurs au groupe chinois Huawei. Le règlement américain sur les exportations a été modifié afin "d'empêcher stratégiquement l'acquisition par Huawei de semi-conducteurs qui sont le produit de logiciels et technologies américaines", a affirmé le ministère américain du Commerce dans un communiqué.

L'administration Trump a ainsi fait un pas de plus en vue de brider la capacité du fleuron chinois de la 5G, qu'elle a placée l'an dernier sur la liste noire des compagnies jugées menaçantes pour la sécurité nationale des Etats-Unis. Les autorités américaines, qui soupçonnent le groupe chinois d'espionnage, ont ainsi indiqué que Huawei avait réussi à contourner les restrictions imposées depuis 2019."Cette annonce bloque les efforts de Huawei pour contourner les contrôles à l'exportation", selon le département du Commerce.

Huawei au coeur de la bataille pour la domination technologique mondiale

La mesure devrait particulièrement affecter le groupe taiwanais TSMC, qui vend des puces à Huawei, et a annoncé jeudi son intention d'investir 12 milliards de dollars dans la construction d'une usine aux Etats-Unis, dans l'Arizona. Les investisseurs craignent aussi que la Chine ne prenne des mesures de rétorsion contre des groupes américains présents en Chine, comme Apple, Qualcomm, Cisco ou Boeing.

Huawei, premier équipementier télécoms mondial et 2e fabricant de smartphones, est au coeur de la bataille technologique mondiale que se livrent les Etats-Unis et la Chine, notamment sur la technologie 5G (sur laquelle Pékin est très en avance). L'an dernier, Washington a lié le dossier Huawei aux négociations commerciales plus larges entre les deux principales puissances économiques mondiales, qui ont débouché en janvier sur la signature d'un accord dit de "Phase 1".

Les relations sino-américaines se sont une nouvelle fois tendues ces dernières semaines, avec la crise du coronavirus, qui a pris naissance dans la ville chinoise de Wuhan fin 2019... Donald Trump accuse Pékin d'avoir minimisé l'ampleur de l'épidémie et de ne pas avoir agi pour l'empêcher de se propager dans le monde.

Donald Trump n'exclut pas de rompre avec la Chine

Le président américain a évoqué de possibles mesures de rétorsion contre Pékin, qui souhaite obtenir des aménagements à l'accord pour tenir compte de la crise économique provoquée par la pandémie. Or, Donald Trump entend forcer Pékin à respecter ses engagements, à savoir l'achat d'au moins 200 milliards de dollars sur deux ans de biens et de services américains. Le président américain s'est ainsi déclaré jeudi "très déçu" par la Chine, et n'a pas exclu de rompre toute relation avec le pays, dont il ne souhaite pas rencontrer le président, Xi Jinping.

"Il y a beaucoup de choses que nous pourrions faire. Nous pourrions rompre l'intégralité de notre relation. Si nous le faisions, que se passerait-il ? Vous économiseriez 500 milliards de dollars." Ce montant étant une allusion au montant estimé des importations américaines en provenance de Chine, que Donald Trump assimile régulièrement à de l'argent perdu.

Le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow, a cependant arrondi un peu les angles vendredi, en déclarant que l'accord commercial n'est "absolument pas en train de s'écrouler" et que les deux pays continuent de travailler sur leurs relations commerciales.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !