Cotation du 25/05/2022 à 17h28 Boostheat -1,18% 0,417€

Boostheat : chute après les annonces

Boostheat : chute après les annonces
Boostheat : chute après les annonces
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Boostheat chute de 15% à 0,88 euro ce vendredi en Bourse de Paris, alors que le groupe a publié ses comptes du premier semestre. Le plan 'Efficiency 2022' mis en place en juillet 2020 n'a pas donné les résultats attendus dans les temps impartis... Ce plan en plusieurs volets devait, dans un premier temps, conduire à l'optimisation de la performance et de la fiabilité de la chaudière Boostheat.20.
Aujourd'hui, malgré l'engagement des équipes, la chaudière "ne répond toujours pas aux promesses de performances auxquelles nous nous sommes engagées, ni au niveau de fiabilité que l'attente de nos clients et la réduction de notre structure de service rendent indispensable". Boostheat.20 ne peut donc "raisonnablement pas être remise sur le marché cet hiver". La Société étudie actuellement au cas par cas les mesures d'accompagnement des clients installés et conservera, durant toute la saison de chauffe 2021-2022, un parc de chaudières en fonctionnement afin de collecter des données relatives à l'usage en conditions réelles. Ces données serviront de base pour de futures évolutions.

Sur le plan financier, le plan 'Efficiency 2022' prévoyait également l'allégement drastique des coûts de structure afin d'assurer un redéploiement de l'entreprise sur des bases financières assainies. La baisse des charges opérationnelles n'est pas visible sur les résultats semestriels 2021, "compte tenu de l'inertie relative aux départs de certains collaborateurs et de la nécessité de recourir à des prestations externes en plus grand nombre".

Ebitda en pertes de 4,1 ME

Au 30 juin 2021, l'Ebitda est ressorti en pertes de 4,1 ME contre 5 ME de déficit un an avant. Les charges opérationnelles restent stables à 3,9 ME. Les charges de personnel baissent de 0,5 ME et s'élèvent à 1,8 ME au 30 juin 2021, en lien avec la réduction des effectifs de la société et la mise en oeuvre du PSE, alors que les charges externes sont en hausse de 0,5 ME compte tenu du recours à des prestataires externes pour pallier la baisse des effectifs en 'R&D' (suite de la fermeture du site de Toulouse). Au 30 juin 2021, la société comptait 45 collaborateurs contre 84 au 30 juin 2020. A ce jour, la société compte 33 collaborateurs, et une vingtaine de prestataires externes, dont une équipe de 'R&D' totalement renouvelée.
La société a procédé à la dépréciation en totalité des stocks de pièces détachées (2,2 ME) dans la mesure où ces pièces pourraient ne pas être utilisées dans le cadre des futurs développements. Un test de perte de valeur a conduit à une dépréciation complémentaire des immobilisations incorporelles d'un montant de (1,5 ME). Après comptabilisation des dotations aux amortissements pour 4,5 ME, le résultat opérationnel courant ressort en pertes de 8,7 ME. Le résultat net est en pertes de 8,7 ME au 30 juin 2021.

La trésorerie disponible au 30 juin 2021 est de 3,3 ME contre 10,8 ME au 31 décembre 2021. Ce montant ne tient pas compte des financements supplémentaires obtenus en juillet 2021 de la part des actionnaires de référence pour un montant de 5 ME sous forme d'obligations avec option de remboursement en numéraire ou en actions. Avec ce soutien financier, le Conseil d'administration et les actionnaires de référence ont souhaité marquer leur confiance dans la nouvelle orientation stratégique opérée par le nouveau Directeur Général. La société rappelle également disposer d'une ligne de financement en fonds propre auprès d'IRIS Capital pour un montant de 10 ME (dont 1 ME ont été tirés à date). Fort ce des deux financements, le groupe estime disposer des moyens financiers nécessaires à la continuité de son exploitation jusqu'en septembre 2022.
Les emprunts et dettes financières (hors dettes locatives de 5,5 ME) ressortent à 12,5 ME contre 12,8 ME au 31 décembre 2020. Elles intègrent 7,5 ME d'emprunts bancaires (dont 5 ME de PGE remboursables sur 5 ans, 4 d'entre eux ayant bénéficiés d'un report d'un an) et 3,9 ME d'avances conditionnées...

Moyens techniques

Le 1er semestre a été marqué également par l'arrivée en mai 2021 d'un nouveau Directeur Général... Éric Lambert a mobilisé et focalisé toute l'entreprise sur la technologie propriétaire autour du compresseur thermique et son intégration dans un module constituant une pompe à chaleur gaz. Ce nouveau périmètre permet d'ouvrir la technologie à un plus large champ d'applications, jusqu'ici non exploitées. Présenté comme un booster d'EnR (Énergies Renouvelables) et d'économies d'énergie, ce module pourra s'intégrer à des installations de chauffage et d'ECS (eau chaude sanitaire) existantes sans l'obligation de désinstaller les chaudières en place.

Le groupe bénéficie déjà de l'ensemble des moyens techniques rassemblés et installés sur site (chambre climatique, moyens d'essais et de tests, laboratoire, métrologie, ligne de production, ...) pour travailler sur les essais de performance en interne. En parallèle, la société consolidera ses compétences internes et renforcera encore sa collaboration avec des universités, entreprises et laboratoires indépendants spécialisés afin de qualifier ses performances sur des critères objectifs et partagés.

Applications diverses

En outre, parmi les applications diverses pouvant être adressées avec le compresseur thermique, la société entend se focaliser sur les applications dont l'amélioration de la performance énergétique et économique sera optimale. Par exemple, la société teste actuellement une solution plus efficace pour une production d'eau chaude en haute température (destinée au chauffage et/ou à l'eau chaude sanitaire).
De même, s'appuyant sur son procédé de compression thermique agnostique aux sources de combustibles, la société souhaite adapter son compresseur pour démontrer l'intégration de sa technologie dans une pompe à chaleur hydrogène. Ce projet entend apporter de nouvelles perspectives sur une utilisation plus efficace (écologique et économique) de ce nouveau vecteur énergétique pour la production de chaleur.
Cette campagne de test / démonstration va s'étaler sur toute la période de chauffe de l'hiver 2021/2022.

Pour rappel, Boostheat travaille déjà sur le projet SunHorizon soutenu par la commission européenne mettant en oeuvre 21 partenaires dont Boostheat, pour éprouver le couplage de technologies innovantes solaires et pompe à chaleur. La société précise que d'autres collaborations sont actuellement en projet avec ses partenaires historiques.
"Boostheat entend rester agile et concentré sur sa technologie. Aussi, dans le même temps, la Société engagera, avec les acteurs de la filière, des discussions techniques, industrielles, commerciales lui permettant d'explorer toutes les pistes de collaboration susceptibles de garantir une arrivée robuste et rapide de son innovation sur le marché" commente le groupe.

"Aucune donnée chiffrée n'a été donnée sur la nouvelle stratégie de développement de la société. Dans l'attente de ces éléments nous maintenons notre opinion suspendue" commente Portzamparc dans une note datée de ce vendredi.

©2021-2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Boostheat

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités