Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 11/08/2020 à 22h15 Boeing +0,40% 180,130$
  • BA - US0970231058
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Boeing : Emirates ne s'attend pas à recevoir son premier 777X avant 2022

Boeing : Emirates ne s'attend pas à recevoir son premier 777X avant 2022
Boeing : Emirates ne s'attend pas à recevoir son premier 777X avant 2022
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Emirates ne croit pas que le 777X de Boeing volera l'an prochain, comme prévu jusqu'ici. Le principal client du nouvel appareil du géant américain ne s'attend pas à recevoir d'avions avant 2022. Les livraisons du gros-porteur, qui a volé pour la première fois en janvier, seront probablement retardées par l'arrêt des usines de Boeing au plus fort de la pandémie de coronavirus, ainsi que par un long processus de certification, a déclaré à 'Bloomberg', Adel Al Redha, le directeur de l'exploitation d'Emirates.

Boeing envisagerait lui-même de retarder l'introduction du 777X, selon les sources de l'agence. Outre la crise, l'avion fait également l'objet d'une surveillance accrue de la part de l'administration fédérale américaine de l'aviation et d'autres organismes de réglementation suite aux deux crashs du 737 MAX. "Je ne pense pas qu'ils seront en mesure de livrer l'avion en 2021", a déclaré Al Redha. "Nous allons nous engager avec Boeing pour obtenir plus de visibilité. Je pense que 2022 est une hypothèse plus sûre à retenir".

"Nous continuons à exécuter notre solide programme d'essais pour le 777-9, qui a commencé ses essais en vol en janvier", a réagi Boeing dans un communiqué. "Nous restons satisfaits des progrès que nous faisons et de l'avion".

Le transporteur du Golfe étudie par ailleurs la possibilité d'échanger une partie de ses 115 777X en commande (plus d'un tiers du carnet de commandes total de l'appareil) contre des 787 Dreamliner plus petits, qui pourraient être mieux adaptés à la demande future. "Nous allons discuter avec Boeing à ce sujet, et nous regardons ce que nous pouvons faire avec le 787", a déclaré Al Redha. "Nous sommes dans une discussion fluide et en plein réexamen de ce genre de choses. Il faut réexaminer, repenser, renégocier".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !