»
»
»
»
Consultation
Cotation du 15/07/2019 à 17h35 BNP Paribas +0,73% 42,840€
  • BNP - FR0000131104
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

BNP Paribas : l'Elysée se mobilise face aux déboires américains de la banque !

BNP Paribas : l'Elysée se mobilise face aux déboires américains de la banque !
BNP Paribas : l'Elysée se mobilise face aux déboires américains de la banque !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'amende record et les sanctions qui menacent BNP Paribas aux Etats-Unis sont en passe de devenir une affaire politique... Selon des informations publiées ce matin par 'Les Echos ', le sujet devrait même être au menu des entretiens prévus entre François Hollande et Barack Obama cette semaine en France, à l'occasion des cérémonies de commémoration du débarquement de juin 1944. Le quotidien ajoute que la Banque Centrale Européenne suit elle aussi le dossier de très près et au plus haut niveau, compte tenu des risques systémiques qui pourraient survenir, si BNP Paribas était interdit de certaines opérations aux Etats-Unis. En Bourse, le titre BNP Paribas a cédé 4,8% depuis les révélations de la presse américaine publiées jeudi dernier.

Menace sur la stratégie mondiale

Ces dernières évoquaient une amende record de 10 milliards de dollars pour la banque française, accusée par la justice outre-Atlantique d'avoir violé l'embargo sur les transactions avec le Soudan, l'Iran et Cuba. Mais plus encore que l'amende (que le groupe est capable de digérer financièrement), les analystes s'inquiètent des autres volets de l'affaire, qui menacent la stratégie mondiale de BNP Paribas. La banque pourrait ainsi se voir interdire temporairement de compenser des transactions en dollars, ce qui aurait de graves conséquences commerciales pour ses activités aux Etats-Unis et dans le monde. En outre, selon des sources citées par l'agence 'Reuters' les autorités bancaires de l'Etat de New York réclameraient le licenciement d'une dizaine de dirigeants de BNP Paribas. Enfin, BNP Paribas pourrait être contrainte de plaider coupable des faits qui lui sont reprochés, une démarche judiciaire qui accentuerait encore les effets négatifs sur son image...

L'agence de notation financière Moody's estime ainsi que si le Département des Services financiers de New York confirmait une interdiction des opérations de compensation en dollars, BNP Paribas pourrait faire face, potentiellement, à une perte importante de clients aux Etats-Unis, notamment des clients institutionnels, certains clients pouvant choisir volontairement de se dissocier d'une banque affrontant des charges criminelles. En revanche, les transferts domestiques au sein des Etats-Unis ne seraient pas concernés, ce qui devrait épargner BancWest, la filiale américaine de banque de détail de BNP Paribas.

La question des transactions en dollars fait débat

L'interdiction de compenser des opérations internationales en dollars, même temporairement, risquerait aussi de déstabiliser l'ensemble du système bancaire mondial. BNP Paribas est en effet l'un des cinq premiers établissements mondiaux à réaliser ce type d'opérations, et son retrait brutal du marché pourrait réduire l'accès des investisseurs au dollar, provoquant des mouvements de panique sur les marchés.

Concrètement, BNP Paribas est accusée d'avoir effectué des paiements en dollars en Iran, au Soudan et à Cuba. Ces transactions étaient légales en Europe, mais étant libellées en dollars, elles ont été compensées via la filiale de BNP Paribas à New York, ce qui donne aujourd'hui compétence à la justice américaine sur ces opérations, qui auraient violé les embargos imposés par Washington aux trois pays concernés. La banque française est accusée d'avoir fraudé en maquillant des opérations, notamment avec l'Iran, afin que les bénéficiaires finaux n'apparaissent pas. BNP Paribas se défend en affirmant que ces agissements ont été menés à son insu et que leurs auteurs ont été sanctionnés en interne, certains ayant même été licenciés. La sévérité attendue de la justice américaine serait également liée au caractère répétitif des fraudes et au manque de coopération de BNP Paribas avec les enquêteurs américains, selon la presse américaine.

Un acharnement ?

En France et en Europe, des voix commencent cependant à s'élever pour dénoncer un acharnement de la justice américaine contre la banque française. D'autres banques ont violé par le passé des embargos politiques, mais s'en sont tirées avec des amendes bien moins élevées et aucune sanction commerciale. Mais BNP Paribas pourrait faire les frais de la nouvelle politique d'inflexibilité adoptée par la justice américaine vis-à-vis du secteur bancaire, dans le sillage de la crise financière de 2008. Le Crédit Suisse a ainsi été récemment condamné à verser une amende de 2,6 Mds$ pour avoir aidé des clients américains à échapper au fisc, et en novembre dernier, la banque américaine JP Morgan a accepté de payer une amende record de 13 Mds$ pour solder l'affaire des crédits "subprimes". Jusqu'ici cependant, aucune grande banque ne s'est vu retirer, même partiellement ou temporairement, sa licence d'opérer aux Etats-Unis...

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com