Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 20/01/2021 à 17h35 BNP Paribas +0,70% 44,420€
  • BNP - FR0000131104
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Renforcer
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

BNP Paribas : encore soutenu

BNP Paribas : encore soutenu
BNP Paribas : encore soutenu
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le secteur bancaire continue d'être soutenu par la remontée des taux obligataires observée depuis une semaine sur les marchés financiers. BNP Paribas pointe sur les 45 euros ce jeudi (+0,5%), tandis que Jefferies a remonté son objectif de cours de 50 à 53 euros avec un avis à l'achat. La Deutsche Bank avait auparavant revalorisé son cours cible de 48 à 52 euros en restant aussi à l'achat.

L'attente du plan de relance massif promis par Joe Biden et qui sera présenté ce soir aux Etats-Unis, a fait se tendre les rendements obligataires des deux côtés de l'Atlantique depuis quelques jours et a fait aussi remonter le dollar face à l'euro sur les 1,2150. On en saura plus ce soir puisque le futur président des Etats-Unis présentera le détail de ce plan tout à l'heure... Joe Biden a promis "des milliers de milliards" d'aides et la presse a évoqué un nouveau "package" de 3.000 milliards de dollars, qui ferait doubler environ le montant déjà injecté par l'Etat fédéral, en plusieurs étapes, depuis mars 2020 pour soutenir l'économie.

Joe Biden s'est notamment dit favorable au versement d'un nouveau chèque d'aide de 1.400$ par Américain pour surmonter la crise actuelle. Ce montant se cumulerait avec les 600$ versés dans le cadre du plan a minima adopté avant Noël par le Congrès pour porter l'aide totale à 2.000$ par adulte...

En attendant, le rendement du T-Bond à 10 ans a continué de grimper hier soir, pour atteindre 1,18% en séance, retrouvant ses niveaux du mois de mars 2020, contre 0,9% il y a une semaine... En clôture, ce taux est cependant revenu à 1,14%. Ces derniers jours, l'appétit du risque et l'anticipation d'un afflux massif d'émission de dette souveraine pour financer les plans de relance ont poussé les investisseurs à vendre des obligations, ce qui a mécaniquement fait remonter les taux d'intérêt à long terme...
Le billet vert a quant à lui rebondi de 1% depuis son plus bas niveau du 6 janvier dernier, profitant des anticipations de taux et d'inflation plus élevées à l'avenir, à la faveur de la reprise économique attendue.

Trop tôt pour parler de réduire le soutien de la Fed ?

Plusieurs membres de la Fed s'exprimaient hier, dont le président de la Fed de Dallas, Robert Kaplan. Ce dernier s'est montré plutôt optimiste sur la reprise en 2021, avec un rebond de 5% du PIB US attendu et un recul du taux de chômage entre 4,5% et 4,75%. De quoi commencer déjà à réfléchir, selon M. Kaplan, à un "tapering", c'est à dire une réduction des achats d'actifs par la banque centrale, qui achète massivement des obligations depuis mars 2020 pour soutenir les marchés.

Deux autres responsables de la Fed se sont toutefois montrés bien plus mesurés sur le "tapering"... Le président de la Fed de Richmond, Thomas Barkin, a estimé ainsi qu'il faudra attendre que la Fed observe des améliorations significatives en termes d'emploi et d'inflation avant de lancer une discussion sur le sujet. Et Raphael Bostic, le patron de la Fed d'Atlanta, ne voit quant à lui pas d'évolution de politique monétaire cette année, et pense qu'il faudra encore observer beaucoup de progrès avant de réétudier la politique de rachat d'actifs.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !