»
»
»
»
Consultation
Cotation du 19/07/2019 à 17h35 Societe Generale -1,52% 22,370€
  • GLE - FR0000130809
  • SRD
  • PEA
  •   PEA-PME
  • Consensus Conserver
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Banques : les taux négatifs de la BCE donne des sueurs froides aux banques

Banques : les taux négatifs de la BCE donne des sueurs froides aux banques
Banques : les taux négatifs de la BCE donne des sueurs froides aux banques
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le secteur bancaire européen s'inquiète des taux négatifs de la BCE. La banque centrale européenne a annoncé hier qu'elle fixait en terrain négatif (-0,1% contre 0%) son taux de dépôt, qui concerne les fonds déposés auprès d'elle par les banques de la zone euro. Depuis 2012, la BCE ne rémunérait déjà plus ces dépôts, mais désormais, elle fera même payer les banques, dans l'espoir que celles-ci préfèreront prêter leurs liquidités aux entreprises et aux particuliers plutôt que de les stocker chez elle.

L'efficacité de cette mesure sur le crédit est cependant mise en doute par les banquiers, qui s'inquiètent en revanche de son coût. La Fédération européenne des Banques (EBF) juge ainsi dans un communiqué publié ce matin que des taux de dépôts négatifs ne seront pas un moyen efficace d'encourager le crédit, car la demande de crédit reste insuffisante en zone euro, et les marchés financiers de la région restent très fragmentés, ce qui pourrait avoir pour conséquence de transférer les coûts (des taux négatifs) sur les emprunteurs, affirme le directeur général adjoint de l'EBF, Robert Priester

En effet, met en garde M. Priester, il est prouvé que les taux négatifs affectent la rentabilité du secteur bancaire. C'est pourquoi, en tant que banques, nous ne partageons pas l'enthousiasme pour les taux d'intérêt négatifs (...) On pourrait dire que cela punit les banques qui stockent leur argent à la BCE, a-t-il regretté. Les craintes du secteur pourraient toutefois s'avérer exagérées, les montants actuellement confiés à la BCE s'élevant à 36 milliards d'euros, en nette baisse par rapport à leur pic de 2012 à environ 800 MdsE. En émettant l'hypothèse que ces sommes restent placées pendant un an, la perte financière annuelle pour l'ensemble des banques de la zone euro s'élèverait à 36 millions d'euros, un montant facile à absorber pour cette industrie.

De leur côté, les caisses d'épargne allemandes ont vivement critiqué hier la politique de taux très bas de la BCE en jugeant qu'elle pénalisait lourdement les épargnants de la zone euro, qui voient fondre comme neige au soleil les rendements de leurs placements. La BCE crée des effets secondaires de plus en plus dangereux pour les épargnants, a ainsi estimé Georg Fahrenschon, président de la fédération des caisses d'épargne (DSGV). Ainsi, au lieu de créer de la croissance, la nouvelle baisse des taux continue à déstabiliser les épargnants dans toute l'Europe et à détruire leur patrimoine, a-t-il déploré.

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com