Accueil
»
Bourse
»
Actions New-York
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 01/12/2020 à 18h11 Goldman Sachs +1,21% 233,365$
  • GS - US38141G1040
  •   PEA
  • + Ajouter à : Mes Listes

Banques : Donald Trump agite le secteur en évoquant Glass-Steagall

Banques : Donald Trump agite le secteur en évoquant Glass-Steagall
Banques : Donald Trump agite le secteur en évoquant Glass-Steagall
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Donald Trump souffle le chaud et le froid sur le secteur bancaire américain. Lundi, le président américain a affirmé dans un entretien à l'agence 'Bloomberg', qu'il réfléchissait à obliger les banques à séparer leurs activités de banque de détail et de banque d'affaires.
"Certains veulent qu'on reviennent à l'ancien système (de la séparation). C'est justement ce que nous allons étudier", a-t-il déclaré.

A Wall Street, cette déclaration a provoqué lundi une chute passagère des cours de Bourse des valeurs bancaires. Ceux-ci ont cependant très rapidement regagné du terrain pour s'afficher en hausse en fin de séance : +0,8% pour Goldman Sachs, +0,4% pour JP Morgan Chase, +1,3% pour Morgan Stanley, +1,4% pour Bank of America et +1% pour Citigroup.

Cette proposition de démantèlement des grandes banques faisait partie du programme de campagne de Donald Trump, qui avait promis de mettre en place une version "21ème siècle" de la loi Glass-Steagall. Cette loi avait instauré la scission banque d'affaires/banque de détail dans le sillage de la crise des années 1930, mais elle avait été supprimée en 1999 sous la présidence de Bill Clinton. Certains experts estiment que cette décision, en favorisant l'émergence de géants bancaires multi-métiers comme Citigroup ou JP Morgan Chase, a aggravé les conséquences de la crise financière des "subprimes" en 2008.

La dernière crise a entraîné la mise en place d'une nouvelle législation, la loi Dodd-Frank, qui a nettement renforcé la réglementation bancaire, mais sans aller jusqu'à obliger les banques à séparer leurs activités. Donald Trump s'est engagé à démanteler cette loi Dodd-Frank, une promesse qui a largement profité au secteur bancaire en Bourse depuis l'élection du candidat républicain à la Maison Blanche.

Une mesure soutenue par de nombreux Républicains et Démocrates

Les analystes sont cependant partagés sur les effets conjugués d'un allègement de Dodd-Frank allié à des limitations de type Glass-Steagall. Une telle évolution favoriserait les banques d'affaires pures telles que Goldman Sachs, et désavantagerait les banques présentes dans tous les métiers comme Citigroup, selon des experts.

Le retour de la séparation des activités des banques d'affaires et banques de détail est cependant soutenu par de nombreux responsables américains de tous horizons politiques. C'est le cas de nombreux responsables Républicains, dont l'influent sénateur John McCain, mais aussi de la sénatrice Démocrate Elizabeth Warren, une des figures de proue de l'opposition, et de Bernie Sanders, candidat malheureux à la primaire Démocrate face à Hillary Clinton.

En outre, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, et le conseiller économique de Donald Trump, Gary Cohn, tous deux des anciens de la banque Goldman Sachs, se sont eux aussi prononcés en faveur de la mise en place d'une version modernisée de la loi Glass-Steagall.

©2017-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !