Accueil
»
Bourse
»
Actions Paris
»
Actualités
»
Consultation
Cotation du 01/12/2020 à 11h51 ArtMarket.com (ex-Artprice.com) 0,00% 7,620€
  • PRC - FR0000074783
  • SRD
  • PEA
  • PEA-PME
  • + Ajouter à : Mes portefeuilles | Mes Listes

Artprice.com : l'art indien, "marché explosif" selon Art Market Insight

Artprice.com : l'art indien, "marché explosif" selon Art Market Insight
Logo ArtMarket.com (ex-Artprice.com)

(Boursier.com) — Art Market Insight, agence de presse d'Artprice, a publié sa dernière étude, consacrée au marché de l'art contemporain indien. Au milieu des années 90, la forte croissance indienne fait émerger une nouvelle génération de mécènes prêt à investir dans l'art de leurs concitoyens, relate l'agence. Aujourd'hui, "la demande est mondiale et grandissante, portée par un climat très spéculatif aux possibilités d'allers-retours alléchants". Les nouvelles étoiles de l'art indien sont disputées à Hong-Kong et Dubaï, Londres et New York, New Delhi et Paris. Dopé par des ventes spécialisées, la progression de l'art contemporain indien est impressionnante : en janvier 2008, le secteur affichait un indice des prix en hausse de 830% sur la décennie !

Les ventes phares d'art indien proposent immanquablement des artistes consacrés comme Francis Newton Souza, Tyeb Mehta et Sayed Haider Raza. Nés dans les années 20, "ils ont ouvert la voie à l'art contemporain avec leur peinture décomplexée mais érudite, empreinte de culture indienne et nourrie d'art occidental". Le succès international de cette génération d'artistes à ouvert une brèche. La jeune scène indienne, celle des artistes nés entre les années 50 et 70, s'y est engouffrée. En tête d'affiche, outre les médiatisés Anish Kapoor et Sudodh Gupta, on trouve Atul Dodiya, Ravinder Reddy, Chintan Upadhyay, Shibu Natesan ou Santosh TV... Tous ont signés des enchères à six chiffres.

L'artiste Anish Kapoor, né en 1954, illustre parfaitement cette flambée des prix de l'art contemporain indien. Prenons l'exemple de sa sculpture "Mother as a ship" : une forme matricielle de plus de deux mètres, recouverte d'un pigment bleu évoquant les espaces infinis du ciel et de la mer. Une oeuvre méditative, typique du travail de Kapoor, proposée à trois reprises aux enchères entre 1998 et 2007. Elle changeait de main une première fois chez Christie's Londres pour 42.000 livres sterling, 72.000 dollars. En mai 2007, le même auctioneer l'adjugeait pour 650.000 dollars à New York, rappelle l'agence d'Artprice. Kapoor, introduit sur le second marché il y a vingt ans, bénéficie d'une audience internationale et "s'impose aujourd'hui comme l'artiste indien contemporain le plus cher". Son ascension s'est accélérée en novembre 2006 lors de la dispersion par Sotheby's de la collection Vanthournout. La sculpture en albâtre alors proposée quintuplait les premières estimations pour un coup de marteau à 2 millions de dollars. Depuis, l'artiste a décroché cinq autres enchères millionnaires dont un sommet de 2,5 millions de dollars pour une autre pièce sculptée dans l'albâtre (14 novembre 2007 chez Sotheby's NY). Toutes les oeuvres de Kapoor ne sont pas inabordables pour autant, de petites sculptures éditées à plusieurs exemplaires s'échangent encore entre 3.000 et 10.000 euros.

Ces deux dernières années ont confirmé la surenchère spéculative autour de quelques élus contemporains. En 2005 par exemple, Atul Dodiya dépassait pour la première fois la barre des 100.000 dollars ("The Mocking", Sotheby's NY, 20 septembre 2005). Deux ans plus tard, sa toile "Lodging in Somnath", acquise l'équivalent de 5.000 dollars en 1995 (3.200 livres sterling, Christie's Londres) décrochait 3 millions de HKD, soit plus de 385.800 dollars.

©2008-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !